VOTE | 108 fans

Episode 6 (Virtuel)

°Oo   The Gear   oO°

 

EXT. SOUTHFORK

Bobby est désemparé. Lucia est partie si vite du ranch avec John Ross, alors que Nicolas était aux portes de sa maison.

Ann : Et maintenant, qu’est-ce qu’on fait ?

Bobby : On attend le retour de John Ross. Je vais téléphoner au bureau pour dire que je ne viens pas de la journée. Sue Ellen doit y être à l’heure qu’il est. J’ai des appels à donner. Qu’on ne me dérange pas, sauf si John Ross revient.

 

INT. SOUTHFORK – Bureau de Bobby

A son bureau, Bobby prend l’initiative de téléphoner à son demi-frère, Ray.

Bobby : Bonjour Ray, tu vas bien ?

Ray : Bonjour Bobby. Oh là! Qu'est qui se passe pour que tu m'appelles si bon matin ? John Ross a encore fait des siennes ? 

Bobby : Tu ne vas pas le croire. Lucia, la femme qui a permis la libération de Christopher, vient de partir avec ses enfants, accompagnée de John Ross parce que son mari, Nicolas Treviño, est à sa recherche. Il va lui faire croire qu’elle a quitté Dallas.

Ray : Nicolas Treviño ? Celui qui a piégé la voiture de Christopher ?

Bobby : Oui ! J’avoue l’avoir sous-estimé. John Ross a engagé des hommes armés pour sécuriser le ranch.

Ray : Il lui arrive de faire des choses bien des fois  et après il en tire tous les avantages. 

Bobby : J’hésitais à le dire !

Ray : Et Christopher ? Comment il va ?

Bobby : Il se remet bien de son enlèvement. Il est très solide. Mais les agissements de John Ross et le fait qu'il ait préparé la fuite de Lucia du ranch sans nous prévenir le met hors de lui. Tu veux le voir ?

Ray : Bien sûr que je veux le voir ! Je comprends qu'il soit en colère contre John Ross.  Entre Chrstopher et John Ross, c'est comme entre moi et J.R., ce n'est pas le gtand amour, n'est-ce pas ?

Bobby : C'est comme ça, et je suis là au milieu pour recoller les morceaux et éviter que ça dégénère en bagarre. Viens dimanche midi, on se retrouvera autour d’un bon repas de famille.

Ray : Pas de problème. Je serai là. A Dimanche.

Bobby : A Dimanche. Au revoir Ray.

 

CHEZ RAY EN SUISSE – Hall d’entrée

Au même moment, Jenna, entre dans le hall alors que Ray vient tout juste de raccrocher.

Jenna : C’était qui au téléphone ?

Ray : Bobby. Il organise un repas de famille, dimanche. Tu veux venir ?

Jenna : Oh non ! Les Ewing et leurs problèmes ne m’intéressent plus.

Ray : Je vais proposer à Lucas de venir, depuis le temps qu’il veut rencontrer son père biologique.

Jenna : Quoi ? Lucas vient avec toi ? C’est hors de question. Je ne veux pas qu’il soit mêlé aux histoires des Ewing. La dernière fois, ça s’est fini en tragédie.

Ray : Que tu le veuilles ou non, il viendra. Lucas n’arrête pas de me parler des Ewing depuis l’enlèvement de Christopher. On en a beaucoup entendu parler à la télé, dans les journaux… Ewing par ci, Ewing par là… Il n’arrête pas de m’en parler. Et toi, il ne t’a rien dit ?

Jenna : Non, il ne m’a rien dit.

Ray : Alors tu comprends pourquoi il vient avec moi dimanche ?

Jenna : Je comprends qu'une seule chose ; que tu me ramènes Lucas en entier, sain et sauf. De toute façon sa place n’est pas auprès de Bobby. Son vrai père, c’est toi. 

Ray : Merci de ton soutien, Jenna.

Jenna : Je ne te soutiens pas. Je n'aurais pas pu faire changer d'avis Lucas de ne pas y aller. Il va être décu. Ce ne sont plus mes affaires. Il n'est plus un gosse. 

          

**********Générique***********

 

INT. SOUTHFORK – Bureau de Bobby

Bobby compose un nouveau numéro, celui de son frère Gary.

Bobby : Bonjour Gary, ça va ?

Gary : Ca va bien Bobby, et toi ?

Bobby : Tout va bien, surtout depuis que Christopher est revenu. J’organise un repas de famille dimanche. Je peux compter sur ta présence ? Lucy et Ray seront là aussi.

Gay : Si Lucy est là, j’y serai. Et Sue Ellen… Elle va bien ?

Bobby : Elle va bien.

Gary : Elle boit toujours autant ?

Bobby : Ecoute Gary, Sue Ellen n’est pas ma femme. Je ne me soucie pas de savoir si elle boit toujours.

Gary : J’ai compris, Bobby… j’irais la voir chez elle.

Bobby : Gary, tu es assez grand. Ce que tu fais avec Sue Ellen ne me regarde pas. A dimanche.

Gary : A dimanche, Bobby.

 

Bobby racroche le téléphone, met son ordinateur en marche quand Carmen frappe à la porte , l'ouvre et entre. 

Carmen : Madame voudrait savoir si vous prenez le petit-déjeuner avec elle ? 

Bobby : Le petit-déjeuner ? Ah ! Avec tous ces évènements, j'avais complètement oublier de le prendre. Dîtes lui que j'arrive ! 

Carmen : Bien Monsieur. 

Bobby éteint son ordinateur, se lève de son fauteuil et se dirige vers la cuisine où l'attendent Ann, Christopher et Lucy. 

Bobby : Excuse-moi, Ann. Mais ce qui vient d'arriver m'a troublé l'esprit. 

Ann : Ce n'est pas grave (Ann lui fait un grand sourire).

Christopher : John Ross me tappe sur les nerfs. Je fair venir Lucia qui m'a libéré, elle est en danger à Dallas et John Ross me trouve pas mieux que d'organiser sa fuite sans même me prévenir. J'enrage. 

Bobby (tout en buvant son café) : Je suis d'accord avec toi : il est allé trop loin. On verra ça à son retour. On aurra une petite discussion. En attendant, prenons ce petit-déjeuner, même si le coeur n'y est pas. 

 

DALLAS-SNACK

Au même moment, Katherine rejoint Pamela au snack dans la même rue qu''Ewing Global. Après que la serveuse ait apporté à chacune un café, du lait, un jus d'orange, des toasts, des céréales, la conversation s'engage. 

Pamela : Combien de temps comptes-tu rester à Dallas ?

Katherine : Comme je te l'ai dit, j'aimerais mieux te connaître. Je ne vais pas repartir de suite, même si Cliff voudrait bien me voir prendre le prochain vol. Je l'ai vu hier soir. Je pense que le mieux est que tu évites de lui parler de moi pour éviter de le mettre en colère, mais il n'est pas contre le fait que tu veuilles bien me voir. 

Pamela : Sans blague ! Il se croit capable de régenter ma vie et de m'autoriser à voir qui il veut ! Je regrette de l'avoir libéré. Si j'avais su que tu étais en vie plus tôt, j'aurais refusé de le faire sortir de prison. 

Katherine : Oublie le passé, c'est l'avenir qui compte maintenant. Cliff est cinglé, pire que J.R. ! Lui au moins n'a pas fait passé son frère Gary pour mort alors qu'il le détestait. 

Pamela : Mais qu'est ce que je peux faire avec lui ? Est-ce qu'il y a d'autres secrets dans cette famille que je ne connais pas ? 

Katherine : Pam ! 

Pamela : La mère de Christopher ? 

Katherine : Tu sais qu'elle est morte en 1989. 

Pamela : Oui, je sais. J'ai vu son acte de décès à la banque. 

Katherine : Mais tu sais où ellle repose ? 

Pamela : Non ! Et je crois même que personne ne le sait...à part mon père, j'imagine. 

Katherine : Elle repose à Zurich. Après s'être fait soigner en Suisse, Gordon l'a envoyé à Abu Dahbi, mais son traitement a échoué. Elle est revenu à Zurich pour y mourrir, et Cliff n'a rien dit, pour que personne ne le sache. 

Pamela (écoeurée) : Mais  c'est pas possible ! Il l'a laisée si loIn de Dallas. On ne peut même pas aller se recueillir sur sa tombe. C'est monstrueux de faire ça. Quand je vais dire ça à Christopher...

Katherine : Tu comprends mieux pourquoi je ne pouvais pas garder le silence, tellement je me rends compte du mal que font ses mauvais agissements. Il était normal que tu saches la vérité sur ton père et sur Pam. Quant à Christopher, je m'en charge, même si avec Bobby je n'ai pas toujours été correcte. Je te raconterai tout ça un jour, mais j'ai aimé Bobby, follement, éperdument, passionaiment, il y a longtemps mais c'est du passé maintenant. Et malheureusement, il ne me laissera pas approcher Christopher aussi facilement après tout ce qui ce que je lui ait fait subir.

Pamela : De quoi tu parles ?

Katherine : C'était il y a bien longtemps...Je ne peux pas encore t'en parler.

Pamela (en ouvrant grand les yeux) : Toi aussi tu me caches des choses ? ça devient une habitude dans cette famille !

Katherine : Je n'essaie pas de te cacher des choses, je ne voudrais pas simplement que tu me juges sur ça.

Pamela : Mais suffisament grave pour ne pas me le raconter. Tu vois, Katherine, tu as toi aussi tes petits secrets peu avouables, comme mon père, alors permet moi de ne pas savoir quoi penser sur toi. Tu viens me voir pour me parler du bon vieux temps, mais en ne me disant rien. Tu crois que ça peut marcher comme ça entre nous ? 

Katherine : Je te comprends, ma chérie. C'est que j'essaie de te protéger. J'ai fait des choses dont je ne suis pas fière, alors comprends moi. 

Pamela : Que les choses soient claires. Arrête de m'appeler "ma chérie", surtout si tu me caches des choses. Mais je veux bien croire que c'est assez grave pour ne pas me le dire maintenant. Sache tout de même que ma patience a des limites. Heureuse de voir que j'ai une nouvelle tante dans ma famille, d'en apprendre plus sur mon père. Nous travailllerons ensemble, j'en suis sûre, mais ça ne tient que de toi. Je dois aller au bureau, les affaires n'attendent pas. Tu peux venir à Ewing Global quand tu veux, je te recevrai sans problème. Au revoir Katherine.

Pamela quitte la table sans se retourner.

Katherine : Très bien. Au revoir Pamela.  

L'air déçu, Katherine quitte à son tour le snack.   

 

INT. SOUTHFORK – Cuisine

Quelques heures plus tard, le bruit d’un hélicoptère se fait entendre.

Bobby : C’est John Ross. Allons voir…

 

EXT. SOUTHFORK

John Ross descend de l’hélicoptère, accompagné de Lucia et ses enfants.

Lucy : Mais je rêve !

Bobby : Mais tu ne devais pas les envoyer loin d’ici… en sécurité ?

John Ross : Non, il n’en a jamais été le cas. Je voulais simplement faire croire à Nicolas que j’emmenais Lucia loin d’ici et je crois qu’il a cru à ma mise en scène…et ça a réussi.

Bobby : Je crois que tu y es parvenu en effet. On va peut-être pouvoir être tranquille.

Lucia : Merci John Ross ! A présent, je me sens un peu plus en sécurité.

John Ross : Vous pouvez regagner votre chambre et profiter du ranch à votre guise.

Lucia : Merci encore, John Ross.

Bobby sourit à Lucia la regardant partir avec ses enfants à l’intérieur.

Bobby : On peut dire que cette fois-ci tu t’en es bien tiré. Félicitations John Ross… qu’est-ce qu’on ferait sans toi ?

John Ross (jubilant) : Je ne suis plus le terrible enfant de J.R ?

Bobby : Ça, ça reste à prouver !

 

INT. SOUTHFORK – Hall d’entrée

Alors que Bobby repart dans son bureau, John Ross rejoint Christopher.

John Ross : Et toi… tu ne me remercies pas ?

Christopher : N’en fait pas trop avec Lucia.

John Ross : Tu as peur que je te la prenne ?

Christopher, conscient de la victoire de son cousin, préfère l’ignorer.

Lucia, quant à elle, part se reposer dans sa chambre. Elle rejoindra plus tard Lucy au bord de la piscine avec ses enfants.

John Ross, se rend chez les Ryland, retrouver Emma.

 

CHEZ LES RYLAND – Chambre d’Emma

Emma : Tu sais quand est-ce que je pourrais revenir à Southfork ? Ma mère attendait mon retour mais elle m’a dit d’attendre un peu.

John Ross : Tu peux y aller, c’est bon.

Emma : Qu’est-ce qu’il s’est passé ?

John Ross : Des drames habituels des Ewing… mais tout est réglé maintenant. Tu peux y aller.

 

INT. SOUTHFORK – Bureau de Bobby 

Le téléphone sonne. Lorsque Bobby décroche, il comprend que Katherine Wentworth appelle une nouvelle fois.

Katherine : Bonjour Bobby. Est-ce qu’on peut se voir aujourd’hui ? Il faut vraiment que je te parle.

Bobby : Je ne sais pas pourquoi tu tiens absolument à voir Christopher…

Katherine : C’est justement ce que je veux t’expliquer.

Bobby : Très bien… A Cinq heures… au Club des pétroliers.

Katherine : Très bien.

Bobby : A plus tard.

Bobby fait venir Christopher dans son bureau pour lui dire qu’ils vont rejoindre Katherine au Club des pétroliers.

Bobby : Je comprends que ça te gêne, mais toute cette histoire est loin dernière moi. Tu n’avais que quatre ans… Elle a apparemment des choses à nous dire.

Christopher : Bien… c’est d’accord pour le Club des pétroliers.

Bobby : Bien fiston.

 

INT. SOUTHFORK – Cuisine

C’est midi… Les Ewing sont tous autour du repas.

John Ross : Lucia, je vous invite à faire le tour de la propriété cet après-midi. Est-ce que ça vous plairait ?

Lucia : Bien sûr !

John Ross : Vous connaissez l’histoire du ranch ?

Lucia : A vous de me la raconter, Monsieur Ewing…

Christopher est de plus en plus mal à l’aise. John Ross lui vole la vedette se comportant comme le maître des lieux.

John Ross : Le ranch a été construit en 1870 sur un gisement de pétrole que mon oncle ne veut pas exploiter. Quel dommage, nous serions des gens riches !

Bobby (fier de lui) : Nous n’avons pas à nous plaindre…

John Ross : Ma grand-mère, Miss Ellie, a hérité du ranch de son père, Aaron Southfork, avec le bétail, les parcs et les écuries.

Lucia : Puis-je voir les écuries ?

John Ross : Et vous pourrez même monter à cheval si vous le souhaitez…

Lucia (se laissant aller aux avances de John Ross) : Rien que tous les deux ?

John Ross : Christopher est libre de venir ou pas…

Christopher : Bien sûr que je viens !

John Ross : Mais je n’en attendais pas moins de toi, cousin. Alors allons-y !

Lucy prend Bobby en aparté…

Lucy : A quoi il joue ? Il va pas la demander en mariage tout de même ?

Bobby (amusé) : Lucy… il est encore marié à Pamela !

Lucy lui répond avec un sourire.

 

EXT. SOUTHFORK

Après-midi champêtre à cheval. Après avoir visité les écuries, ils passent près du cimetière de la propriété. Un employé les attend près de l’enclos sous l’air étonné de Christopher…

John Ross : C’est là que sont enterrés les membres de notre famille. Mon père, J.R, est mort il y a déjà 2 ans, et ma grand-mère Miss Ellie, est décédée en 2001. J’avais vingt-deux ans à l’époque. Elle me manque. (Il s’adresse à l’employé) Aidez-moi à porter ces gerbes sur leurs tombes.

Lucia : Vous respectez vos morts, c’est bien. Chez nous, au Mexique, nous leur dédions une fête, El Dia De Los Muertos. C’est le 2 novembre. Mais vous ne mettez rien sur la tombe de Jock Ewing ?

John Ross : Ce n'est que la plaque commémorative de mon grand-père. Je l’ai peu connu. Je n’avais que trois ans quand il est mort en 1981. Pour tout vous dire, nous n’avons jamais retrouvé son corps, prisonnier des marécages au fond d’un lac où son hélicoptère s’est écrasé en Amérique du Sud. Je suis fier d’être son petit-fils, il a fondé Ewing Oil. Les deux tombes au fond sont celles d’Aaron et Garrison Southfork, le père et le frère de Miss Ellie. Ils ont transmis la terre de Southfork que j’ai eu en héritage avec mon oncle Bobby.

Tous les trois rentrent au ranch. Sur le chemin du retour, Christopher prend John Ross en aparté.

Christopher : Non mais à quoi tu joues ? Tu m’as reproché de jouer au chevalier servant, et voilà que tu lui fais visiter le ranch… et le cimetière où tu ne vas pratiquement jamais ?

John Ross : Cousin… Elle a subi un choc aujourd’hui, je fais ce que tu aurais dû faire, si tu en étais capable.

Christopher : Tu dépasses les bornes là.

John Ross (sarcastique) : Tu te trompes… vous formeriez un si beau couple…

Christopher : Occupe-toi de tes affaires.

John Ross : Comme tu voudras… A ce soir.

John Ross tourne Christopher en ridicule, qui ne peut rien changer à la situation.

Quelques minutes plus tard, John Ross quitte le ranch pour se rendre chez sa mère, tout juste rentrée du bureau.

 

CHEZ SUE ELLEN – Salon

Sue Ellen : Alors, John Ross, il parait que tu as sauvé Bobby et Lucia des griffes de ce malade de Nicolas Treviño ?

John Ross : On ne peut rien te cacher…

Sue Ellen : Tu es le héros de Southfork !

John Ross : Je suis le grand gagnant. Ca m’arrange finalement que Nicolas soit venu. J’ai montré à Bobby et à Christopher qu’ils ne peuvent pas se passer de moi.

Sue Ellen : Tu ne crois pas que tu en rajoute un peu pour te faire bien voir aux yeux de tout le monde ?

John Ross : Maman... croit en moi. Dis leur que je suis le meilleur !

Sue Ellen : Même si je ne cautionne pas tout ce que tu as fait ces derniers temps, tu es mon fils adoré… Ça, je peux leur dire.

John Ross : Merci maman !

 

CHEZ ELENA – CUISINE

Après avoir pris congés de Lucia, Christopher rend ensuite visite à Elena.

Elena : Alors, c’est bien fini avec Nicolas ? Ma mère m’a dit de ne pas sortir de chez moi ce matin.

Christopher : Oui… John Ross l’a fait quitter les lieux pour de bon. Il ne devrait pas revenir de si tôt.

Elena : Tu peux lui en être reconnaissant.

Christopher : Peut-être… sauf qu’il ramène tout à lui et ça devient pour lui un titre de gloire, comme s’il pouvait tout régenter ici à Southfork.

Elena : Tu sais comment il est… fier et orgueilleux.

Christopher : Sauf que là il dépasse les bornes, et il savoure sa victoire contre mon père et moi, comme si nous n’étions pas capables d’assurer la sécurité du ranch. Aux yeux de Lucia, on passe pour des perdants.

Elena : Je ne crois pas qu’elle pense ça Christopher. Je crois qu’elle apprécie l’aide qu’on peut lui apporter, d’où qu’elle vienne.

Christopher : Tu as peut être raison. Et Christopher Drew, il va bien ?

Elena : J’allais justement l’amener voir le médecin. Il est un peu patraque.

Christopher : Je vais le mettre dans la voiture si tu veux bien.

Elena : Oui, je te remercie. Tu es serviable, c’est ce que j’aime chez toi.

Elena quitte Southfork. Christopher va chercher son père pour le rendez-vous avec Katherine au Club de pétroliers.

Sur le trajet…

Bobby : Comment ça s’est passé avec John Ross cet après-midi ?

Christopher : Il n’en avait que pour lui comme d’habitude.

Bobby : Vous avez toujours été en compétition tous les deux. Il ne faut pas s’étonner de son comportement. Qu’est-ce qu’il t’a dit exactement ?

Christopher (agacé) : Pas maintenant, je ne suis pas d’humeur.

 

CLUB DES PETROLIERS

Il est cinq heures. Bobby et Christopher attendant à une table et boivent un verre en attendant Katherine.

Bobby : Voilà Katherine !

Katherine : Bonsoir Bobby.

Bobby : Bonsoir Katherine. Je te présente mon fils, Christopher.

Christopher (froid et distant) : Bonsoir madame…

Katherine : Bonsoir Christopher. Je suis très heureuse de pouvoir enfin te rencontrer.

Bobby : Que voulais-tu dire qui nécessite la présence de Christopher ?

Katherine : Sache, Christopher, que si je fais cette démarche, c’est parce que Cliff ne possède plus aucune part de Barnes Global, mais que c’est Pamela qui l’a remplacé et qu’elle travaille maintenant à Ewing Global.

Christopher : Ce n’est pas nouveau…Ewing Global nous appartient je vous rappelle. Et Pamela, qui est aussi mon ex-femme, a obtenu 10% de mes parts de la société en plus de ce qu’elle a obtenu de son père. Que voulez-vous exactement ? Vous avez essayé de tuer mon père, je vous rappelle !

Katherine : Je vois que Bobby t’a tout raconté, mais je ne viens pas pour parler du passé, mais de l’avenir… ton avenir.

Christopher : Expliquez-vous… Je ne comprends pas.

Bobby : Katherine… Où veux-tu en venir ?

Katherine : Je veux faire revenir le corps de Pam depuis Zurich, puisqu’il n’a jamais été rapatrié aux Etats-Unis.

Christopher : Ma mère est morte en Suisse, il y a plusieurs années, j’ai rencontré son mari l’année dernière. J’ai du mal à croire que Cliff savait tout ça et l'a laissé là-bas pendant toutes ces années sans rien nous dire !

Katherine : Et pourtant… Il faisait le voyage chaque année, me faisant passer pour morte pour m’empêcher de faire pareil.

Christopher : Pourquoi le mari de maman ne m’a rien dit ? Cliff est vraiment un monstre !

Katherine : J’ignorais que tu avais fait des recherches…

Bobby : Christopher s’est rendu en Suisse l’année dernière, pour essayer de savoir ce qu’il en était des parts de Pam pour Barnes Global… juste avant le fusion des deux entreprises. Christopher et John Ross ont fondé Ewing Energies et se sont associé à Pamela qui est maintenant la femme de John Ross pour fusionner ensemble.

Katherine : Je vois… Tu comprends qui il est vraiment, et après ça, ça ne m’étonne pas qu’il soit responsable de la mort de tes enfants.

Christopher : Qu’est-ce que vous comptez faire ?

Katherine : Me rendre à Zurich… et faire le nécessaire pour ramener Pam à Dallas.

Christopher : Et Pamela… est au courant ?

Katherine : Elle l’est en effet… Elle est d’accord avec tout ça.

Christopher : Katherine… je ne sais pas quoi dire… Merci pour votre aide. Ma mère va pouvoir reposer en paix à Dallas… même si elle avait fait le choix de quitter cette ville.

Katherine : Je vais entamer les démarches administratives.

Christopher : Très bien… Tenez-nous au courant.

Katherine : Je le ferais. A mon retour, on organisera les funérailles de Pam.

Bobby : Bien, je suis ravi de voir qu’il y a moins d’amertume entre vous.

Christopher et Katherine se serrent la main.

Katherine : Au revoir Bobby. Au revoir Christopher.

Bobby & Christopher : Au revoir Katherine !

 

En partant du Club, Bobby croise Punk Anderson, une vieille connaissance, un ami de Jock, assis devant le comptoir du bar.

Bobby : Punk, ça fait longtemps que je ne t'avais pas vu…

Punk : Bobby Ewing !! Ravi de te voir ici (ils se serrent la main)

Bobby : Voici mon fils, Christopher, qui vient tout juste de nous revenir après un enlèvement au Mexique.

Punk : J’ai appris ça Bobby… Enchanté Christopher (ils se serrent la main). Alors, quoi de neuf au ranch ?

Bobby : Le ravisseur de Christopher, Nicolas Treviño, est venu à Southfork ce matin pour récupérer sa femme Lucia, qui a permis sa libération. John Ross s’est occupé de le faire partir avec des moyens bien à lui… J’espère ne plus le revoir ici.

Punk : Fait attention Bobby… A ta place, je ne me réjouirais pas trop vite, car les Mexicains ne lâchent pas prise si facilement… Ils sont coriaces. Tu devrais te méfier, crois-moi ce n’est pas fini. Ils sont extrêmement dangereux… Attends-toi à les revoir.

Bobby et Christopher se regardent pas très rassurés.

Bobby : Le ranch est sécurisé, personne ne peut y entrer comme ça.

Punk : Tu fais comme tu veux, mais c'est pour te rendre service que je te dis ça, mais je voudrais avoir tort. Mais avec les Mexicains, on n'en voit jamais le bout. Avec eux, on est pris dans un engrenage dont on ne voit pas la fin. Crois-moi Bobby, je connais les Mexicains… L'amour d'une main et de l'autre la haine. Les cartels de la drogue ignorent la pitié...

Bobby : Viens Christopher… Rentrons. Je ne voudrais pas qu’il soit arrivé quelque chose au ranch pendant notre absence. Merci Punk. Au revoir.

Christopher : Au revoir Monsieur (en regardant son père) je vais appeler à la maison.

 

INT. SOUTHFORK – Cuisine

Ann et Carmen sont occupées à faire une recette mexicaine sur les conseils avisés de Lucia. Le téléphone sonne…

Ann : Lucy, tu peux répondre au téléphone s’il te plait… j’ai les mains occupées.

Au téléphone…

Lucy : Allo ? Ranch de Southfork. Qui est à l’appareil ?

Christopher : Lucy, c’est Christopher. Dis-moi, tout va bien au ranch ? Tout le monde est là ?

Lucy : Avec ce qu’il s’est passé ce matin, je crois qu’on a eu notre dose. Ann, Carmen et Lucia sont avec moi, John Ross est chez Sue Ellen, Elena n’est pas encore rentrée, mais elle ne devrait pas tarder.

Christopher : Ok. On arrive…

 

EXT. SOUTHFORK

Christopher et Bobby sont de retour à la tombée de la nuit. Sur le chemin d’accès, une voiture est arrêtée sur le bas-côté de la chaussée. Christopher au volant s’arrête.

Christopher (stupéfait) : Mais c’est la voiture d’Elena !

Il s’approche de la voiture vide.

Bobby : C’est pas vrai : c’est à coup sûr Nicolas qui l’a enlevée avec son bébé !

Christopher : Comment on va annoncer ça à Carmen ?

Bobby : Je m’en charge…

 

INT. SOUTHFORK – Cuisine

Des pleurs se font entendre. Carmen fond en larmes.

Carmen : Non ! Pas ça ! Joaquin a tué Drew, maintenant il s’en prend à ma fille et à mon petit-fils ! Oh Mon Dieu !!!

Bobby : Ann, emmenons vite Carmen se reposer.

Bobby et Ann emmènent Carmen se reposer dans une chambre à l"étage. 

Lucia : Nicolas n’a pas eu ce qu’il voulait ce matin… en représailles il s’est attaqué à Elena…

Christopher : Il ne faut pas qu’il cherche à savoir qui est le père de Christopher Drew… sinon ça risque d’envenimer les choses.

Lucia : Il n’y a qu’une solution… Me livrer à Nicolas et régler le problème moi-même…

Christopher : Non, n'y va pas, c'’est trop dangereux… Tu m'as sauvé la vie, je ne voudrais pas te perdre...

Lucia : Ne craint rien pour moi. Nicolas ne me fera pas de mal… légalement je suis encore sa femme… Je peux avoir de bons arguments pour qu’il libère Elena.

Rédigé par Sauveur
Corrigé par Sabby

Ecrit par sabby 
Ne manque pas...

Découvre le nouveau quartier d'Hypnoweb consacré à la série Manifest !
Nouveau quartier ! | Vidéo d'ouverture

Participe à la rénovation du site Hypnoweb en nous aidant à mettre à jour des quartiers sans équipe
Du 19.11 au 02.12 | Edition d'Automne

Activité récente
Actualités
Juan Pablo Du Pace éliminé de DWTS

Juan Pablo Du Pace éliminé de DWTS
Actuellement, ABC diffuse la 27ème saison de Dance With The Stars (Danse Avec les Stars) dans...

Jude Demorest | Un baby boy en route

Jude Demorest | Un baby boy en route
Depuis la rentrée, nous apercevons la belle Jude Demorest (Candace) avec un joli ventre arrondi dans...

Juan Pablo Di Pace | Triplet de 10 dans DWTS

Juan Pablo Di Pace | Triplet de 10 dans DWTS
Nous le savons, Juan Pablo Di Pace (Nicolas Treviño) participe à la 27ème saison de Danse avec les...

Happy Birthday Josh Henderson !!

Happy Birthday Josh Henderson !!
Aujourd'hui, 25 octobre, c'est l'anniversaire de Josh Henderson.  Né à Dallas (Texas), l'acteur qui...

Omri Katz de retour pour les 25 ans de Hocus Pocus

Omri Katz de retour pour les 25 ans de Hocus Pocus
Nous ne l'avions pas revu à la télévision depuis les années 2000, et pourtant Omri Katz (John Ross...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
Téléchargement
Partenaires premium
HypnoRooms

mnoandco, Aujourd'hui à 06:32

Fans de Blacklist, les HypnoAwards 2018 sont toujours en cours.

mnoandco, Aujourd'hui à 06:32

Vous pouvez continuer à voter pour toutes les catégories en cours, il est encore temps!

mnoandco, Aujourd'hui à 06:33

Merci

Flora12, Aujourd'hui à 07:36

Dernier jour du concours pour le calendrier du mois de décembre du quartier Revenge !

Kika49, Aujourd'hui à 11:36

Dans Votre Avis compte sur le quartier Blindspot, vous avez designé la bannière n°1 comme votre préférence. Merci à tous de votre participation.

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site