VOTE | 108 fans

Episode 14 (Virtuel)

                                                                           °0o  The end of the story  o0°

 

EWING GLOBAL

Dans ce qui reste des bureaux d'Ewing Global réduits en cendre, le shériff Derrick et Bum se frayent un passage parmi les décombres encore fumantes tandis que des agents du FBI en tenue de travail cherchent le moindre indice. 

Bum : Quel gachis ! Et dire que les Ewing s'étaient installés dans ce bâtiment il y a deux ans à peine. Il va falloir tout reconstruire. 

Derrick : C'est sûr. Mais comment une bombe a t-elle pu être cachée ici, alors que toutes les entrées étaient surveillées par cameras et des vigiles surveillaient toutes les entrées ? 

Bum Qu'a donné les témoignages des survivants ? 

Derrick : Rien. Ceux qui étaient loin de l'explosion n'ont de toute façon rien vu, c'est ça qui les a préservés.

Bum : Et Sue Ellen ? Et Cliff Barnes ? 

Derrick : Ils sont à l'hôpital, en soin, on ne peut pas les entendre pour le moment. 

Un agent du FBI montre à Derrick et à Bum un système d'explosifs calciné : une ceinture d'explosifs et des ossements autour. 

Derrick : Un kamikaze s'est fait sauter. Il avait la bombe sur lui et l'a actionné le moment venu. Il faut savoir qui est entré ici. Il faut voir les vidéos surveillance des entrées. 

Bum : Va falloir se mettre au travail. 

Après avoir visionné toutes les vidéos surveillance, Derrick en tire une conclusion.

Derrick : Bum, regarde cette femme qui rentre par une entrée de service dans une rue adjacente. Je la reconnais, c'est celle qui a tenté d'enlever le fils d'Elena Ramos. Mais regarde qui l'a faite rentrer: une fille qui a un badge. Mais pourquoi la fait t-elle rentrer ? 

Bum : On va vite le savoir en regardant le registre des entrées. Un nouveau badge a été fait ce matin pour une certaine Julia Rose Obrian. Mais c'est la soeur de John Ross !. Elle est mêlée à cette explosion, mais pourquoi ? 

Derrick : C'est ce qu'il va falloir découvrir. Elle a trahi les Ewing. 

Bum : J'appelle John Ross. Bonjour John Ross, comment ça va, si j'ose te poser la question, en pareille circonstances ? 

John Ross : On fait comme on peut. Ma mère et Cliff Barnes sont tirés d'affaire. J'en dirais pas autant pour Bobby, le pronostic des médecins est plus réservé, il est en observation. Il est dans un sal état, mais ses jours ne sont pas en danger, d'après ce que l'équipe soignante a dit à Christopher. Sinon tous les autres membres de la famille sont là, dans la salle d'attente. Je me serai bien passé de leur présence. Quelle ambiance de dingue ! Qu'est ce que tu veux au juste ? 

Bum : Julia Rose, ta soeur, a fait rentrer la kamikaze qui s'est faite exploser dans les bureaux d'Ewing Global. Tu sait où elle est ? Elle est recherchée par la police. 

John Ross : Ma soeur une terroriste ? Je l'ai perdue de vue quand les ambulanciers sont venu chercher ma mère. La kamikaze, si c'est la femme qui a voulu enlever le fils d'Elena, ça ne m'étonne pas. J'avais prevenu Bobby qu'elle chercherait à se venger, mais il ne m'a pas écouté. Elle avait la bombe sur elle, elle n'a pas été fouillée et ma soeur est sa complice, mais pourquoi ?

Bum : Tu veux le savoir ? Nicolas Trevino est en vie, ce n'est pas son corps qui repose au cimetière de la prison. 

John Ross : On a de gros ennuis. Il veux récupérer son fils et ne recule devant aucun moyen, comme de s'en ptendre à mes proches, comme ma soeur. 

Bum : Il s'en est pris à Carlos Del Sol qui a été torturé et déposé devant le portail d'entrée de Southfork ce soir à 18 h. C'est Lucia qui l'a découvert et elle a essayé d'appeler Bobby, puis toi, mais l'explosIon en a décidé autrement. 

John Ross : Je vais essayer de joindre Julia Rose. Je te rappelle après. 

Bum : Pas de problème. 

PARKLAND MEMORIAL HOSPITAL  

John Ross appelle  Julia Rose, mais celle-ci ne répond pas et il entend la méssagerie vocale.    

John Ross (en se parlant à lui-même) : Dans quoi tu t'es fourée ? 

(en parlant à Julia Rose ) : Julia Rose, quand tu auras ce message, rappelle-moi. 

(en parlant à Bum) : Bum, elle ne répond pas. 

Bum : Elle a pris la fuite, elle sait qu'elle est recherchée pour complicité d'attentat. Elle doit être avec Nicolas. 

John Ross : Qui la retient aussi contre son gré. Elle court un grand danger de rester avec lui, car Nicolas va vite s'en lasser, puisque sa mission est terminée. Rappelle-moi quand tu as du nouveau. 

Bum : Pas de probléme. 

John Ross (en s'adressant à Christopher) : Je viens de parler à Bum. Nicolas Trevino est en vie, ce n'est pas lui qui repose au cimetière de la prison. Les résultats ADN montrent qu'il est bien le père de Christopher Drew et qu'il fait tout pour le récupérer, comme de commenditer un attentat chez nous à Ewing Global.

Christopher : Au point de vouloir tuer mon père pour le punir de l'empêcher de reprendre son fils. On en aurra jamais fini avec ce type. 

John Ross : Nicolas n'a aucun scupule : il est arrivé à mettre ma soeur, notre soeur de son côté : c'est elle qui a laissé rentrer le femme qui a voulu enlever Christopher Drew pendant que tu étais en voyage de noce. Elle avait une ceinture d'explosifs sur elle, c'était une kamikaze. 

Christopher : Quoi ? Tu nous ramène cette fille, tu l'as faite travailler dans nos bureaux et elle participe à un attentat ? Tu ne te sens pas responsable de ce qui viens d'arriver ? C'est de ta faute ce qui viens d'arriver. 

John Ross : Je n'y suis pour rien si Nicolas l'a mis dans ses projets, et je voudrais bien savoir comment il s'y est pris, sans doute sous la menace. Ce n'est pas le moment de nous disputer. De toute façon, Nicolas en avait contre ton père depuis qu'il s'est évadé de prison, et s'il a choisi maintenant pour agir, c'est qu'il en a eu l'opportunité, voilà tout. 

Christopher : Soiten mettant ta soeur dans ses plans, il ne pouvait que mieux nous atteindre. Il est malin, mais moi aussi je suis malin et je vais le prendre à son propre jeux. On va dire à la presse que mpn père est mort, comme ça il ne va pas se méfier et on pourra lui régler son compte une bonne fois pour toute. 

 

                                                                       *********       Générique       **********

 

PARKLAND MEMORIAL HOSPITAL

John Ross : Tu as un plan ? 

Christopher : Pas pour le moment, mais j'y travaille. 

Pamela arrive et rejoint John Ross et Christopher. 

Pamela : Mon père a repris conscience. Il va bien, il a tenu le coup malgré son âge. Comment va Sue Ellen ? 

John Ross : Choquée, mais ça va. Ellle est sous sommifères pour le moment. Elle est trop faible, elle a besoin de se reposer jusqu'à demain. 

Pamela : C'est Nicolas qui est encore derrière tout ça ? Bum m'as tout dit. 

John Ross : Oui, il veut Bobby mort et c'est ce qu'on va lui donner : on va lui faire croire qu'il a réussi. Christopher va passer à la télé et annoncer ici à l'hôpital lui même la mort de Bobby. 

Christopher : Comme ça Nicolas n'aurra pus besion d'autant d'hommes de main, on pourra plus facilement le neutraliser. 

Pamela : C'est une très bonne idée. Comment compte-tu t'y prendre ? 

Christopher : Je vais en parler au shériff Derrick. Je pars le rejoindre et je reviens. 

Christopher s'éloigne. 

John Ross : Tu sais, pour la réunion, je suis d'accord avec toi, je vais tout faire pour te soutenir face à Bobby et à Christopher, du moins quand cette réunion aurra lieu. 

Pamela : Oh ! John Ross ! Arrête tes boniments. Comme tu mens si mal en pareille circonstances. Je te connais trop bien pour que tu dises une chose un jour et son contraire le lendemain. Alors ne te préciptes pas trop vite à me faire des promesses que tu ne pourras pas tenir, comme à ton habitude. 

John Ross : Pourtant je suis sincère. 

Pamela : Oh mais pour ça tu es toujours sincère, même un enfant ne te croirait pas. Je crois que je vais aller voir mon père et... Mais qu'est-ce qui se passe ? Christopher reviens furieux ? John Ross, qu'est-ce que tu as encore fait ? 

Christopher : Qu'est-ce que je viens d'apprendre par Bum ? Tu as déposé de la drogue dans mes navires qui sont à Corpus Christi ? Et que tu as prévenu la police pour me faire arrêter ? 

John Ross : Quoi la police ? Mais je n'ai jamais prévenu la police. Je ne te ferais jamais un coup pareil, cousin. 

Christopher : Tu as demandé à Bum de faire inspecter mes navires pour voir s'il 'y avait bien de drogue ? 

John Ross : Oui, je l'ai faite déposer pour que tu me donnes tes parts, de toute façon, puisque tu...

Christopher (en lui coupant la parole, en élevant la voix) : Quoi ? Tu avoues que c'est toi qui a fait déposer dans mes navires de la drogue pour que je te donner mes parts ? Et si je ne te donnais rien, tu appelles la police  ?  Si ce n'est pas toi qui a appelé la police, quelqu'un l'a fait à ta place. 

John Ross : Ce doit être Nicolas, encore une fois. 

Christopher : Mais ce n'est pas lui qui me réclame mes parts d'Ewing Global, alors que tu déposes de la drogue dans mes navires, et tu crois que je vais te donner mes parts ? Espèce de sale con ! (en hurlant). 

Derrick arrive et s'addresse à Christopher.

Derrick : La police est prévenue qu'il y a de la drogue dans tes navires. Mais je ne suis pas le shériff de Corpus Christi, et je ne peux pas empêcher qu'il vienne t'arrêter pour détention de drogue et trafic de drogue. Je sais que tu n'y est pour rien, mais ils vont venir t'arrêter dans quelques instants. Désolais, mais je n'ai rien pu faire. 

Christopher (en hurlant de colère) : Quoi ? M'arrêter ? John Ross, espèce de sale con ! (Christopher se jette sur John Ross pour lui donner un coup de poing  au visage, puis un deuxième, puis un troisième si bien que John Ross tombe à terre. Derrick essaie de maîtriser Christopher aidé par deux infirmiers qui passaient dans le couloir). 

Derrick : Alors, Christopher, pourquoi tu t'en prends à John Ross ? 

Christopher : Parce que c'est lui qui a fait déposer dans mes navires de la drogue pour que je lui donne mes parts. 

Derrick : John Ross, rien ne t'arrêtera décidement. Je devrai d'arrêter toi aussi pour possesion de drogue et usage de drogue pour incriminer Christopher qui n'y est pour rien. 

John Ross : De la drogue, oui, je l'ai faite déposer dans tes navires, mais je ne voulais pas appeler la police, mais te dire que Bum a trouver de la drogue pour te faire peur et que tu me donnes un bon poucentage de tes parts, Tout ça pour je soit en position de force face à Pamela qui donne de ses parts à Katherine. C'était l'objet de la réunionn de ce soir : nous mettre à égalité avec Cliff, 50 % pour lui qu'il répartit en trois parts, une pour Pamela, une pour Katherine, une pour lui, et le reste, 50 % pour nous, tout ça pour venger l'honneur de Cliff de l'avoir accusé du meurtre de J.R. Ce n'était pas mon idée, mais celle de J.R. que de faire porter le chapeau à Cliff, et ça a réussi. Mais je  ne crois pas  qu'on ait réflechi aux conséquences. 

Pamela : Oui, aux conséquences d'avoir fait accuser mon père pour rien, et j'espère qu'il vivra assez longtemps pour voir les Ewing s'excuser pour tout le mal qu'il lui ont fait.

Christopher : Tu crois que tu va y arriver comme ça ?

Pamela : La vengeance est un plat qui se manger froid, et meilleur quand il est glacé.

Derrick : Non mais je rêve ? John Ross, la police va venir t'arrêter, elle sait que tu te fourni de la drogue et c'est tout l'effet que ça te fait ?  Qui t'as fourni cette drogue ?

John Ross : Le cartel Mandes-Ochoa, je l'avoue (tout en étant géné de le dire).

Christopher : Que dirige Nicolas. Et c'est lui qui a prévenu la police.

Derrick : Je ne crois pas que Nicolas agisse seul, quelqu'un a déposé la drogue pour lui, car il ne peut pas envoyer ses hommes, au risque de se faire remarquer. Il a donc des complices sur place. Une idée de qui lui sert de relai ? 

John Ross : Judith Ryland. Elle est spécialisée dans le trafic de drogue, tout comme Harris. Pour faire tomber Ewing Global, elle est prête à s'allier avec le diable, donc avec Nicolas. C'est donc elle qui a fait déposer la drogue dans les navires de Christopher, ça ne fait aucun doute. Elle n'avait plus qu'à appeler la police, pour nous faire plonger tous. 

Derrick : Dans quel piège tu t'es fourré ? 

Pamela (en hurlant de colère) : Tu me dégoutes. Tu ne respecte même plus mon cousin et tu élabores des plans foireux qui peuvent envoyer Christopher en prison par ta faute pour longtemps tout ça parce que tu es ivre de pouvoir et que tu cherches par tous les moyens à avoir plus de parts rien que pour toi, alors que Katherine en a besoin pour revenir en affaires. Alors, écoute-moi bien, John Ross, tu vas le payer cher et ça ne fait que commencer. Je vais divorcer pour de bon. 

John Ross : Tu devins aussi hystérique que mon cousin. Décidement, j'ai épousé une Barnes, comme je vois que Christopher est capable de me frapper, toi sa  cousine, tu ne vaux pas mieux que lui. Tu es malade, tu devrai te faire soigner. 

Pamela : Ah oui ? (elle lui flanque une gifle puis retourne voir son père). 

John Ross, qui ne maîtrise plus la situation, va se réfugier dans les toilettes de l'hôpital. Il se rafraichi le visage en s'aspergeant d'eau avec ses mains tout en se regardant dans le miroir. Puis il plonge la tête dans le lavabo pour encore plus se rafraichir. Quand un petit moment après il se relève et se regarde dans le miroir, il y voit, derrière lui, J.R., son père, pourtant mort, avec un Stetson sur la tête, qui le regarde avec un sourire moqueur et un petit rire. 

J.R. : Alors, fils, tu croyais que tu pouvais embobiner Christopher de la sorte ? Tu croyais qu'il allait te donner ses parts aussi facilement ? Il suffisait simplement de lui demander, et tu aurais eu sa réponse, sans te faire prendre par la police. Qu'est-ce que tu comptes faire maintenant ? Tu crois qu'il suffit de s'appeler John Ross Ewing pour avoir tout ce que tu veux ? Tu as un ennemi commun avec Christopher, ce n'est pas le moment de te disputer avec lui. Alors recolle les morceaux, et vite, d'autant que Bobby n'est pas tiré d'affaire, contrairement à ce que les médecins ont dit à Christopher, tout ça pour le ménager. Ce n'est pas le moment de vous affronter. Fait la paix avec lui, du moins pour le moment. Et Pamela, tu crois qu'elle veut rester vivre avec un voyou comme toi qui veut faire chanter son cousin pour avoir des parts en plus ? Tu n'en auras jamais assez ? Tu es bien le fils de ton père ! Mais c'est pas comme ça qu'on s'y prend, surtout pas avec ton cousin, le fils de mon frère Bobby, dois-je te le rappeler. Réconcilie-toi avec Pamela, si tu ne veux pas qu'elle soit ton ennemI, ça a bien suffit avec cette bourrique de Cliff Barnes. Tout fini par changer, fils, tout fini par changer (puis J.R. se met à rire. John Ross est stupéfait de voir son père dans le miroir lui parler. Il n'en croit pas ses yeux).

J.R. :  Je t'aime, fils, je t'aime. D'où je suis, je veillerai toujours sur toi. Tu es mon fils, je t'aime, John Ross. Embrasse Sue Ellen de ma part. 

John Ross sent une main se poser sur son épaule gauche, et un courant d'air derrière lui dans ses cheveux. Il se retourne an arrière, croyant que son père est derrière lui. Mais il n'y a personne. Il regarde de nouveau vers le miroir, mais il n'y a personne. 

John Ross (avec une voix pleine de sanglots, au bord des larmes) : Je t'aime aussi, papa. Où que tu sois, papa, tu me manques tellement !

Puis il sort des toilettes  et se dirige vers la chambre de Cliff Barnes où se trouve Pamela. 

John Ross (d'un air déterminé) : Pamela, si tu veux qu'on divorce, dit-le-moi, je prépare les papiers. 

Pamela : Divorcer ? Je ne sais pas. Pour l'instant, il faut que je m'occupe de mon père. Rien ne presse. 

John Ross : Ok (en s'adressant à Pamela). Son Altesse Royale ! (en s'adressant à Cliff Barnes, d'un air moqueur, tout en quittant les lieux).

Cliff Barnes : Mais tu as vu comment il me parle ? 

Pamela Je sais. Il croit que je ne l'aime pas, mais c'est qu'il est si associable que je n'ai pas pu lui montrer que je tiens à lui. 

Puis John Ross se rend au chevet de sa mère, qui est placée sous respirateur et plongée dans le coma. 

John Ross : Je t'aime maman. Je tuerai celui qui t'a fait ça, je t'en fait la promesse, même s'il faut que je fasse alliance avec Christopher. Mais je n'ai pas le choix, il va falloir que je le supporte encore une fois de plus. J'ai retenu les conseils de papa. (puis il embrasse sa mère).

Puis John Ross se dirige vers Christopher et Derrick. 

John Ross : Oui, Christopher, j'avoue, je convoitais tes parts. Je me croyais le mieux à défendre nos intétets face à Cliff Barnes et à toutes ses manigances. Nous ne sommes jamais arrivé à nous entendre, c'est vrai, mais tout fini par changer, tout fini par s'améliorer. 

Christopher : Certes, mais on a Nicolas à éliminer, et la police qui va venir nous inculper pour trafic et détention de drogue. 

John Ross : On peut arranger les choses si on fait arrêter Judith pour trafic de drogue. Ellle est en affaires avec le cartel, on les fera tomber tout les deux pour leurs activités illégales aux Etats-Unis. Judith doit savoir où vit Nicolas à Dallas. 

Christopher : J'irai lui rendre une petite visite. 

Derrick : Je viendrai avec toi, je prendrai des hommes. 

Le smartphone de John Ross sonne. Il décroche. C'est Elena. Il s'éloigne de Christopher et de Derrick qui quittent immédiatement les lieux. 

Elena : John Ross ! Enfin ! ça fait un bon moment que j'essaie de te joindre, ainsi que Bobby et Christopher. Nicolas est en vie, il m'a appelé, il me réclame Christopher Drew. 

John Ross : Bonsoir Elena. On sait tous qu'il est en vie, et c'est pour récupérer son fils que la femme qui a essayé de l'enlever s'est faite exploser avec une ceinture d'explosifs, tuant notre comptable et cinq secrétaires. Sue Ellen et Cliff Barnes ont été touchés, mais Bobby plus durement. Qu'est-ce que Nicoals t'as dit d'autres ? 

Elena : Qu'il m'attend à l'aéroport de Las Végas. 

Joh Ross : Surtout ne sort pas de l'avion, et reourne vite à Dallas. La police t'escortera. Je ne veux pas avoir ta mort sur la conscience. 

Elena : Je ne comptais pas le voir. Je vois que tu es prévenant.

John Ross : Non, tout est fini entre nous. Je ne tiens pas à toi, je suis marié à Pamela.

Elena : Je te connais, j'aurrai dû prévoir tes réactions.

John Ross coupe la communication sans la saluer. Puis le smartphone de John Ross sonne. C'est un appel masqué, ce qui intrigue John Ross.  

Julia Rose : John Ross ? C'est Julia Rose. 

John Ross :  Julia Rose ? C'est toi ? Tu es une terroriste. Comment as -tu pu faire des choses pareilles ? Et puis comment fais-tu pour m'appeler ? Je te reçois en appel masqué, alors que je t'ai donné un smartphone avec un numéro d'appel. 

Julia Rose : C'est pour ne pas me faire repérer. Je suis surveillée. 

John Ross : Comment as tu pu me trahir ? Nicolas paye t-il mieux ? Tu es recherchée par la police. 

Julia Rose : Je n'avais pas le choix. Nicolas a enlevé mes parents, et si je les voulais vivants, il fallait que je lui rende service. 

John Ross : Où est-tu exactement ? 

Julia Rose : A Dallas, dans les environs. mais je ne peux pas te dire, je ne connais pas le coin. Oh ! Il faut que je racroche, Nicolas arrive.

Julia Rose coupe la communication. John Ross reste perplexe et pensif. 

MAISON DE NICOLAS TREVINO

Le lendemain matin, Christopher se trouve à la maison de Nicolas Trevino. Les agents du FBI et de la police de Dallas investissent les lieux, neutralisent les hommes de Nicolas. Christopher pénètre seul dans la maison et se trouve derrière la porte du salon et entend une conversation entre Nicolas et Julia Rose.

Nicoals : Alors tu ne me ramènes pas mon fils ? Tu sais ce qui t'attend si tu échoues ? 

Julia Rose : Ce n'est pas de ma faute si l'aéroport de Dallas est sous protection policière. La police est partout, on ne peux pas accéder à l'aéroport, il est trop surveillé.

Nicolas : Elena ne reste pas à l'aéroport de Las Végas comme tu lui avais dit de faire ?

Julia Rose : Je ne suis pas arrivé à la joindre, et elle ne répond pas à mes messages.

Nicolas : ALors tu ne me sert plus à rien. Je vais faire des restrictions, je vais t'exécuter (il sort un revolver d'un tiroir et le pointe en direction de Julia Rose). 

Julia Rose : Non, par pitié. Je ferrai tout ce que tu me demandes. 

Christopher (en faisant irruption dans le salon)Laisse cette fille !

Nicolas (qui prend Julia Rose contre lui en lui pointant une arme contre la tempe) : Tiens, mais voyez qui viens me rendre une visite de courtoisie ! Christopher Ewing, à qui j'ai épargné la vie en le sauvant des flamnnes. Tu viens m'arrêter ?

Christopher : Oui, je viens te ramener à la prison que tu n'aurais pas dû quitter. 

Nicolas : Mais tu crois que tu en es capable ? N'oublie pas que tu me dois la vie si je n'étais pas intervenu pour te sauver. Tu aurais fini comme Drew, au cimetière. Grâce à moi, tu es vivant, ce qui n'est pas le cas de ton père 

Christopher : Je dois plutôt ma grâce à Dieu... Quant à mon père, il est en vie, et il va te parler. Regarde mon smartphone.  

Bobby : Bonjour Nicolas, Je crois que c'est toi qui va aller en enfer, et pour toujours. Tu ne vas pas t'échapper cette fois. C'est la mort qui t'attend, c'est tout ce que tu mérites.

Nicolas : Moi, mourrir ? Quoi, Christopher, tu viens pour me tuer ? Dans tes rêves !

Christopher : Je suis venu pour ça. 

Christopher sort une arme et tire, mais rate Nicolas qui esquive, et assome Julia Rose et prend la fuitie en tirant sur Christopher qui est touché, mais il avait un gilet parre-balle. Christopher le rattrappe et une fusillade s'en suit, rendant coup pour coup, en cassant tout dans la maison. Nicolas lui lance une pierre et Christopher laisse tomber son révolver par terre. Une bagarre s'en suit, Christopher et Nicolas s'échangent des coups de poings, jusqu'au moment où Nicolas porte à Christopher un violent coup de poing au ventre, ce qui le fait chûter. Alors Nicolas essaie de l'étrangler, puis prend un coussin pour l'étoufFer. A ce moment-là, Julia Rose arrive, prend l'arme de Christopher et tire sur Nicolas une balle en pleine tête et il meurt sur le coup. Les agents du FBI investissent tout de suite les lieux ainsi que Lucia qui vient réconforter Christopher.

Christopher : Merci pour ce que tu as fait. Maintenant tu es de ma famille. Je t'avais sous-estimée. Tu sais mieux tirer que moi. De toute façon, je ne risquais rien. J'avais une caméra embarquée dans mes lunettes et les agents du FBI savaient quand intervenir pour tuer Nicolas. Je devais lui servir d'appât pour qu'il ne s'enfuie pas.

Les agents du FBI constatent la mort de Nicolas, ainsi que la police de Dallas. Lucia vient reconnaître officiellement le cadavre de Nicolas.

Lucia : C'est bien lui. C'est vous qui l'avait tué ?

Julia Rose : Oui.

Lucia : Vous avez eu du cran. Merci pour ce que vous avez fait. Vous avez réussie là ou j'ai échouée. Je ne vous connaîs pas, je voudrais en savoir plus sur vous. Venez nous voir à Southfork.

Julia Rose : Avec grand plaisir.    

Lucia : Je vais filmer la scène avec mon smartphone pour la montrer à Elena et Bobby, ils ont besoin d'une preuve pour tourner la page et fermer le livre de cette histoire. 

Christopher : Fait vite, les secours vont arriver d'un instant à l'autre. Il ne faut pas perdre de temps. 

Des ambulanciers prennent le corps de Nicolas qu'ils mettent dans une housse après avoir stoppé l'hémoragie. 

Christopher : Maintenant, tu peux venir à Southfork. Je t'accueillerai comme étant la fille de J.R., la soeur de John Ross et c'est tout. Je ne partage rien avec John Ross, si ce n'est que le nom. Tu vois, tout fini par changer dans la famille Ewing, tout fini par s'améliorer (en lui faisant un grand sourire). 

Julia Rose : Merci. Nous ne nous connaissons pas, j'ai grande envie de vous connaître.  Je crois que je peux te tutoyer à présent . Je vais te raconter ce qui c'est vraiment passé à Ewing Global.J'ai laissé entrer cette femme sans savoir ce qu'elle allait faire, et je n'avais pas vu qu'elle avait une ceinture d'explosifs à la taille. Je devais le faire pour que mes parents restent en vie. 

Christopher : Il t'a manipulée, et tu n'es pas la seule. 

Un policier s'approche de Julia Rose. 

Un policier : Julia Riose Obrian ? Veuillez me suivre. J'ai quelques questions à vous poser.

Julia Rose : Oh ! Merci Christopher ! Merci ! (Julia Rose comprend aussitôt que la police ne vient pas l'arrêter pour sa complicié dans l'attentat d'Ewing Global, mais pour faire une déposition comme simple témoin, et que Christopher est intervenu pour qu'elle reste libre et ne soit pas inculpée).

PARKLAND MEMORIAL HOSPITAL

Plus tard  dans la journée, Sue Ellen et Cliff Barnes sont rentrés chez eux. Ne reste que Bobby, Ann et Christopher veillent sur lui. Tout à coup, Bobby est amené en salle d'opération, au bloc oprératoire de chirurgie. Christopher et Ann le regardent partir au loin, le public n'étant pas admis en chirurgie. 

Christopher : Voilà l'opération que mon père doit subir. On va lui transplanter un nouveau coeur. L'explosion lui a fait trop de dégats. Il était condanné sans opération. On a enfin trouvé un donneur cet aprés-midi.

Ann : Quoi ? Tu ne me dis ça que maintenant ? Je suis sa femme. Pourquoi tu me met à l'écart de tout ?

Christopher : Son donneur est Nicolas. Tu comprends pourquoi je n'ai rien dit.

Ann : Je comprends surout pourquoi tu le voulais mort.

Christopher : De toute façon, Nicolas était condanné. Le cartel l'a laché, il ne supportait plus sa vengeance personnelle pour récuperer son fils. Il mélangeait vie publique et vie privé. Le cartel ne s'occupe que des affaires de drogue, pas d'affaires de famille. Après l'explosion à Ewing Global, les frères d'El Pozolero ont cherché le moyen de se débarasser de lui, voyant qu'il ne reculerait devant rien. Il n'avait plus les hommes du cartel chez lui, seulement quelques sous-fifres que le FBI n'a pas eu de mal à neutraliser. Il me fallait un coeur, au moins la mort de Nicolas n'a pas été inutile. Excuse-moi si je ne t'ai tien dit, mais il ne faut pas que mon père sache que Nicolas est le donneur, ça le tuerait. 

Ann : Tu peux compter sur moi, je ne lui dirais rien. 

Christopher : Et ne dit rien à personne, surtout pas à John Ross. 

Ann : Je comprens pourquoi tu voulais le tuer, même si c'est Julia Rose qui l'a fait. Une balle en plein coeur, et l'opération n'aurrait pas eu lieu. 

EXT. SOUTHFORK

Quelques semaines plus tard, c'est le barbecue annuel à Southfork. Les empoyés du ranch mettent la main aux derniers préparatifs : disposer les tables, y mettre les victuailles, les boissons. L'orchestre fait ses derniers réglages. Il est 11h30. Les invités sont attendus pour midi. Toute la famille Ewing ainsi que  Cliff Barnes sont réunis  dans le patio, devant la table en verre.

Bobby : Merci à tous d'être venu ! Ce qui vient de nous arriver nous a tous marqué, mais cette fois, nous avons traversé cette épreuve et je crois qu'elle nous a tous réuni. Je peux dormir tranquille : Nicolas est bien mort, son corps a été incinéré, ses cendres jettées dans une décharge.

Christopher : Levons un verre à mon père, ce héros qui reviens de loin et qui a un coeur tout neuf !

Ann : A mon Bobby sans qui ce ranch n'aurait plus de vie sans lui.

Gary : A mpn frère !

Ray : A mon frère aussi !

Lucy : A mon oncle ! Longue vie !

John Ross : Pareil ! Je lève mon verre !

Bobby : Merci ! C'est trop ! Je lève mon verre à Christopher qui s'est battu face à Nicolas, et à toi, Julia Rose, qui a sû lui porter le coup fatal. Tu n'es pas la fille de J.R. pour rien !

Julia Rose : Merci, c'est trop d'honneur que vous me faites, de m'avoir acceptée dans cette famille. D'où il est, J.R. serait heureux de nous savoir réconciliés. 

Bobby : C'est ça, la famille. Je voidrais qu'on lève un verre pour Sue Ellen, pour tout ce qu'elle a dû endurer. 

Sue Ellen : Oh ! C'est trop ! Merci à tous pour votre affection, surtout celle de John Ross, ce qui m'a beaucoup aidée et nous a rapproché, ça ne nous était pas arrivé depuis fort longtemps. 

John Ross : Les choses finissent par changer !

Sue Ellen : Et je remercie Gary qui m'as beaucoup aidé et qui a consacré beaucoup de son temps libre. 

Gary : C'est bien mormal ! 

Bobby : Après tous ces remerciements, je tiens à vous faire une annonce à tous. J'ai bien failli mourrir. Maintenant il est temps que je mette de l'ordre dans ma vie. Je sais que j'ai refusé de le faire, mais les circonstances ne sont plus les mêmes. Je vais reconnaître Lucas comme mon fils, même si Jenna m'avait dit de me tenir à l'écart de son fils et de ne pas chercher à le revoir. Je vais reconnaître Lucas Wade comme mon fils légitime, il s'appellera Lucas Wade Ewing et peu importe ce que pourra dire Jenna. Christopher se réjoiuit déjà d'avoir un frère . 

Ray (en lui faisant une tappe à l'épaule) Oh merci, Bobby ! Tu ne peux pas savoir comme Lucas va être heureux quand je vais lui annoncer la nouvelle ! Est-ce qu'il pourra venir à Southfork te voir, ou est-ce que tu comptes venir en Suisse ?

Bobby : Il pourra venir autant de fois qu'i voudra, il est chez lui à Southfork. Quant à venir en Suisse, oui, je compte bien venir le voir, avec Ann, si je veux apprendre à le connaître.

Ann : Enfin, Bobby, tu te décides à reconnaître le demi-frère de Christopher. Depuis je j'attendais que tu rêgles tes problèmes du passé, tu es enfin disposé à rencontrer Lucas comme ton fils. Tu vois, ce sera comme avec Emma, tu découvriras Lucas comme un beau jeune homme. 

Christopher regarde son père et Ann avec un grand sourire. 

Christopher : Comme ça je n'aurais plus à supporter John Ross et son arrogance. J'aurai un frère, un vrai frère, et non un cousin qui me tappe sur les nerfs en permanance.

Ray : C'est un type bien, tu verras !

Christopher : Lucia a une annonce à vous faire.

Lucia : Merci de me donner la parole. Je suis enceinte.

Bobby : C'est une surprise ! Le bonheur reviens enfin dans cette maison. Depuis longtemps il n'y avais pas eu d'enfant ici.

John Ross : Cousin, si nous n'arrivons pas à nous comprendre, je le déplore. Mais les choses peuvent changer. Je crois que Pamela a quelque chose à dire.

Pamela : Je suis guérie de ma maladie. Je peux avoir des enfants, et c'est avec toi John Ross que je veux en avoir.

John Ross : Merci de vouloir fonder une famille avec moi, et pas trop déchirée comme la miènne.  Je savais qu'on pouvait y arriver un jour, en faisant de gros sacrifices, comme de supporter mon fichu caractère. J'espère que mes enfants n'en hériteront pas. Mais c'est le caractère de J.R.qu'on peut aimer ou détester.  

Bobby : Bravo, John Ross. Je vois que tu fais tout pour t'améliorer. Tous mes voeux de bonheur pour tes futurs enfants. 

Sue Ellen : John Ross, je suis fière de toi. Tu as cherché à te rapprocher de Pamela, et tu veux des enfants ? Je serais grand-mère !

Cliff Barnes : Ah Bobby, nos deux familles semblent vouloir se réconcilier ? Finie la bagare entre nous ? J'espère que nous seront  en affaiires sans trop nous géner !

Bobby : Vraiment  ? Ravi de savoir que nos deux familles puissent se réconcilier.  Tout fini par changer. Alors levons un verre  en l'honneur de leurs futurs enfants !

Tous lèvent un verre.

Lucy :  Au moins, John Ross, tu pourras m'inviter autant de fois quand tu serras papa, je ne te prendrai pas en traître comme la dernière fois.

John Ross :   Merci tante Lucy, tu comprends très vite ! ( Il lui fait un grand sourrire, Lucy fait de même). 

 

Cliff Barnes : Merci, Bobby, d'avoir procédé à la séparation de nos deux entreprises et de me rendre ma liberté d'entreprendre et de diriger mon entreprise, Barnes Global, avec Pamela. 

Bobby : Et Katherine ? Je ne la voulais pas dans le conseil d'administration d'Ewing Global, d'Ewing Energies je devrais dire maintenant. 

Cliff Barnes : Rassure toi. Elle travaille à Wenthworf outillages, l'industrie de notre mère. Elle semble tenir à ma fille et elles ne veulent plus se quitter. C'est la paix revenue dans ma famille, après les épreuves qu'on a subi. 

Christopher : Tu vas nous faire gober ça ? Katherine n'est jamais venu un seule fois au cimetière déposer des fleurs pour Pam. Alors, ne me fait pas le coup de le famille réconciliée. Pam et Katherine se détestaient, tout comme J.R.  et Ray.  

 

Emma fait son entée, accompagnée de Jimmy, suivie d'Elena tenant Christopher Drew dans ses bras. 

Emma : J'ai de bonnes nouvelles. Je suis devenue Présidente de Ryland Transportation. Ma grand-mère Judith est en prison pour trafic de drogue, pour sa participation à tous les problèmes de Christopher et ses relations avec le cartel qui a été démentelé. Tous ses menbres sont en prison pour y être jugés. Quant à mon père, vu que ses activités tournaient autour de la drogue, il reste en prison jusqu'à perpette, tout comme Judith. 

Jimmy : Emma est une fille formidable. Je l'aime. 

Elena : Quant à moi, je me suis remise encore une fois des évènements que nous avons vecu. Maintenant, c'est terminé. Je reste à Dallas, je reste ici à Southfork, auprès de ma mère. Je ferais de mon fils un vrai cowboy, un fermier loin du monde du pétrole et du milieu des affaires. 

Carmen : Moi, je vous aime tous. Aujourd'hui, c'est le barbecue annuel. C'est jour de fête. Je vous ai préparé des paradillas et des barquitas. Mettez-vous à table et bon appétit !

 

Tous remercient Carmen. Tandis que les uns se mettent à table pour un bon moment de convilialité autour de ce repas mexicain, les autres se tiennent debout à côté un verre à la main et continuent la conversation. 

John Ross : Alors soeurette, tes parents vont-ils bien ? 

Julia Rose : Oui, mes parents sont sains et saufs, Ils ont été délivrés par la police marocaine dès que Nicolas a été tué. 

John Ross : Je ne te croyais pas capable de tuer Nicolas de sang froid. Je t'avais sous-estimée. 

Julia Rose : N'oublie pas que je suis ta soeur. Toi aussi tu n'as pas hésité à tuer un homme pour sauver Christopher. 

John Ross : C'est vrai que j'ai essayé de protéger mon cousin, Que deviendrait-il on n'était pas là pour lui ? 

Christopher : Attention à toi, John Ross, j'entends tout ! 

 John Ross : Je sais, je sais... (avec un air suffisant et évasif). 

 

Tout à coup, un jeune homme s'approche de Bobby qui est assis en bout de table de la table en verre. 

Josh Wenthworf : Bonjour, monsieur. Vous êtes Bobby Ewing ? 

Bobby : Oui. Bonjour à vous. Qui êtes-vous ? Je ne vous connais pas.

Josh Wenthworf : Je me présente. Je suis Josh Wenthworf, le fils de Katherine Wenthworf et de... J.R. Ewing, votre défunt frère. 

Bobby : Quoi ? Mon frère a eu un fils avec Katherine ? Comment est-ce possible ? (en regardant Cliff Barnes tout en cherchant à comprendre). 

John Ross : Ah non ! ça ne va pas recommencer ! (Pamela est stupéfaite, tout comme Julia Rose et Christopher, ainsi que tous les autres qui restent béats, sauf Cliff Barnes qui reste serain). 

Bobby : Cliff, tu peux m'expliquer ce que tout cela veut dire ? (en ayant un air indigné). 

Cliff : Bobby, je peux tout t'expliquer (en le disant calmement).

Bobby : J'espère bien, venant de ta part. Je n'aime pas être mis devant le fait accompli. Même dans sa tombe, mon frère n'arrêtera pas de nous surprendre ! De là où il est, à l'heure qu'il est, je sais ce que J.R. doit faire : il doit éclater de rire, exprès pour nous narguer tous, car je le connais bien, mon frère. Il n'a rien fait par hasard, comme d'avoir eu un enfant avec Katherine, tout ça pour me rendre jaloux car je ne voulais pas d'elle et que je n'avais plus de sentiments pour elle, bien que je sois sorti avec elle, mais après c'était terminé avec Katherine et j'avais regrété de l'avoir fait. Je ne voulais pas d'elle et les manigences de J.R. n'y ont rien changé. Je ne pouvais plus me rapprocher d'elle. De toute façon, c'est Pam que j'ai aimé, pas sa soeur. 

Christopher : Oncle Cliff, c'est quoi ces cachoteries ? Je vais devoir vivre avec un cinglé de plus dans cette famille ? 

Sue Ellen (à Josh Wenthworf, en colère et en lui criant  après)  : Non, ça n'arrivera pas. Partez d'ici tout de suite ! Ne revenez plus jamais, sinon vous aurez affaire à moi. 

Julia Rose : Dégage, espèce de sale traître ! On ne sera jamais frère et soeur (Sue Elen approuve en hochant de la tête). 

John Ross : Vous avez entendu ce que viennent de dire ma mère et ma soeur ? Partez, ou j'appelle la police. 

Ann : J'ai une carabine, je sais m'en servir. Quittez cette propriété immédiatement. 

Josh Wenthworf  (en colère, d'un ton menaçant, en regardant avec plein de haine John Ross, Julia Rose, Sue Ellen, Christopher et Ann ) : Non, tout n'est pas fini ! Nous n'avez pas encore fini de me voir ! Je suis le fils de J.R. !!! J.R. Ewing !!!

 

En effet, Bobby avait raison au suJet  de J.R. Au même moment, Bum, alors qu'il allait se recueilleir sur sa tombe, après y avoir déposé quelques fleurs, entend des réclats de rire provenant... de la tombe de J.R. !

Bum (surpris, étonné, en parlant à haute voix)  : J.R. ? Pour l'amour de Dieu, qu'est ce que tu es encore en train de manigancer ? Quel sale coup prépares-tu ? Après tout ce que les Ewing ont vécu, tu ne peux pas enfin laisser ta famille vivre en paix ? (Bum est exaspéré et hoche de la tête tandis que J.R. continue à rire !). 

 

Cet épisode est dédié à la mémoire de LARRY HAGMAN

Fin de la saison 4 virtuelle

 Rédigé par Sauveur 

Ecrit par sauveur 
Ne manque pas...

Découvre la carte de Mary Sibley, sorcière de la série Salem, dans la catégorie Magic de notre collection d'HypnoCards.
En vitrine | Salem (Magic)

Venez départager les calendriers de l'Avent créés par nos membres, les votes sont ouverts jusqu'au 4 novembre !
Les votes sont ouverts ! | Date limite : 04/11

Activité récente

Calendriers
Avant-hier

Emma Bell a dit oui !
Aujourd'hui à 22:24

Les Acteurs Secondaires
Aujourd'hui à 11:34

406 - The Gear
Aujourd'hui à 11:34

Nouveau Sondage
Avant-hier

Calendriers
02.10.2018

Actualités
Emma Bell a dit oui !

Emma Bell a dit oui !
Le weekend dernier, Emma Bell (Emma Brown Ryland) s'est mariée avec son fiancé, l'acteur Camron...

Nouveau Sondage

Nouveau Sondage
Il est de retour ! Le quartier vous propose un tout nouveau sondage, et ce sont les Ewing qui vous...

Happy Birthday Carlos Bernard !!

Happy Birthday Carlos Bernard !!
Aujourd'hui, 12 octobre, c'est l'anniversaire de Carlos Bernard.  Né à Evanston (Illinois), l'acteur...

Récompenses | 2018 TXMPA Impact Awards

Récompenses | 2018 TXMPA Impact Awards
Le 13 octobre prochain, la 3ème édition des TXMPA Impact Awards se déroulera au célèbre Ranch de...

Juan Pablo Di Pace | Le score parfait dans DWTS

Juan Pablo Di Pace | Le score parfait dans DWTS
Déjà 3 semaines que la compétition est lancée pour Juan Pablo Di Pace (Nicolas Treviño) qui...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
Téléchargement
Partenaires premium
HypnoRooms

CastleBeck, Hier à 02:30

Sur le quartier This Is Us, une nouvelle catégorie des HypnoTIU Awards attend vos votes. Merci!

choup37, Hier à 10:54

Nouveau design sur les quartiers Supernatural et Sous le soleil, on attend vos coms

BenMason, Hier à 11:01

Bonjour! N'hésitez pas à venir voter pour la meilleur création du concours spécial Halloween sur le quartier de Falling Skies!

quimper, Hier à 23:36

Nouveau sondage sur le quartier Rizzoli & Isles. Pas besoin de connaître la série pour pouvoir voter. N'hésitez donc pas à participer

sossodu42, Aujourd'hui à 09:43

nouveau sondage sur le quartier The Listener. Pas obliger de connaître pour voter. l'équipe vous attend

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site