114 fans | Vote

Dallas (2012)
#102 : Le Retour du JR

Christopher et Elena décident de travailler ensemble, alors que John Ross a d'autres plans. Bobby et Ann font face à une mauvaise nouvelle. Tommy, le frère de Rebecca, révèle sa personnalité.

Popularité


5 - 1 vote

Titre VO
Hedging Your bets

Titre VF
Le Retour du JR

Première diffusion
13.06.2012

Première diffusion en France
22.06.2013

Photos promo

Ann Ewing (Brenda Strong)

Ann Ewing (Brenda Strong)

Marta Del Sol (Leonor Varela)

Marta Del Sol (Leonor Varela)

J.R. Ewing (Larry Hagman)

J.R. Ewing (Larry Hagman)

Diffusions

Logo de la chaîne Chérie 25

France (redif)
Mardi 30.04.2019 à 13:50

Logo de la chaîne TF1 Séries Films

France (redif)
Mardi 21.02.2017 à 08:20

Logo de la chaîne TF1

France (inédit)
Samedi 22.06.2013 à 21:40
3.40m / 17.5% (Part)

Logo de la chaîne TNT

Etats-Unis (inédit)
Mercredi 13.06.2012 à 22:00
6.86m / 1.5% (18-49)

Plus de détails

Titre VF : Le Retour du JR

Diffusion USA : 13 Juin 2012

Diffusion France : 22 Juin 2013

Scénariste : Cynthia Cidre

Réalisateur : Michael M Robin

Pendant que Rebecca et Christopher profitent de leur nuit de noce, Elena relit le mail envoyé des années plus tôt par un imposteur qui s’était fait passer pour Christopher. Elle pense d’ailleurs que c’est John Ross, car lorsqu’il l’appelle sur son portable, elle ne lui répond pas.

De son côté, John Ross est agacé que Elena ne réponde pas à ses coups de fil, mais il ne sait encore pas pourquoi. Il repart à sa table où il déjeunait au côté de son père et de Marta à la maison de retraite. JR souhaite absolument discuter avec le père de Marta, elle lui assure que dès qu’elle le pourra ça sera fait. JR en profite pour faire la morale à son fils devant Marta, car il s’impatiente que les contrats ne soient pas signés. Une fois JR repartit pour une séance de kiné, Marta et John Ross s’embrassent fougueusement sur le parking, alors qu’ils venaient de se dire qu’il ne fallait pas mélanger vie privée et business. JR, de sa fenêtre, les aperçoit… et sourit.

 

Générique

 

Alors que les jeunes mariés doivent partir pour leur lune de miel à Tahiti, Rebecca propose à Christopher de rester à Dallas, pour faire en sorte que Bobby ne vende pas le ranch de Southfork. Christopher se sent responsable de cette vente, car il pense que son père vend la propriété familiale pour son projet d’énergie propre. Ils décident donc de remettre à plus tard leur voyage.

Au ranch, Bobby, qui souffre de plus en plus, va se recueillir devant l’arbre multi-centenaire où sont gravés les noms des couples passés à Southfork : ses parents, Jock et Ellie ; lui-même, avec Anne ; JR et Sue Ellen ; mais également Elena et Christopher… C’est alors que son épouse le rejoint. Il comprend alors qu’elle sait pour sa maladie. Il lui avoue qu’il doit se faire opérer quelques jours plus tard : la pauvre Anne est effarée. De plus, elle n’approuve pas que Bobby cache son état à Christopher, mais Bobby ne veut surtout pas inquiéter son fils. Il lui assure que tout va bien se passer.

Retour vers l’appartement d’Elena, qui a toujours dans les mains le mail. Lorsque John Ross arrive pour lui demander pourquoi elle ne répond pas au téléphone, la jeune femme, furieuse, lui demande si c’est lui qui a envoyé le courrier. John Ross est outré, il affirme que ce n’est pas lui… Il pense même que c’est Christopher qui a réellement envoyé ce mail, pour ensuite faire porter le chapeau à John Ross. Mais Elena ne lui fait pas confiance et ne le croit pas. John Ross comprend alors que si lui et Elena se sont retrouvés ensemble, c’est suite à ce mail que Christopher n’a jamais envoyé. Il repart de chez Elena, furieux.

Au ranch, Tommy rejoint Anne, qui, en pleure, est en train de brosser un cheval. Le jeune homme lui propose de discuter, si elle le veut bien. Anne ne souhaite pas s’exprimer sur ce qui la chagrine, elle demande donc à Tommy ce qu’il a prévu pour la suite. Il va lui expliquer qu’il souhaite rester auprès de sa sœur à Dallas, mais il faudrait d’abord qu’il trouve un travail. Anne est contente que Tommy soit ici car elle l’aime bien.

Pendant ce temps, Bobby rencontre Christopher. Il est surpris de voir son fils ici, car il le croyait parti. Christopher va lui expliquer qu’il est resté pour l’empêcher de vendre le ranch. Mais Bobby est catégorique : il ne veut pas garder Southfork, car s’il devait lui arriver quelque chose, John et Ross et Christopher se battraient pour le ranch comme Bobby l’avait fait avec JR. Christopher ne comprend pas, car il trouve son père en pleine forme. Il pense que son père ne lui fait pas confiance.

Dans la cuisine, Rebecca se confie à Anne. Elle n’arrive pas à trouver sa place au sein de la famille Ewing. Elle se sent découragée, et en concurrence avec Elena. Anne va tenter de la rassurer, et va également lui offrir un livre de recettes de cuisine, datant d’Ellie. Rebecca est très touchée par ce geste. Par la fenêtre, elle aperçoit Christopher, quittant le ranch. Elle va donc à sa rencontre. Il est furieux de sa discussion d’avec son père. Il lui affirme qu’il fera tout pour empêcher cette vente de se faire.

 

 

John Ross rencontre Mitch, l’avocat de Bobby, dans son bureau. Mitch lui avait demandé 500 000 dollars car il comptait trahir Bobby en lui donnant des informations sur la vente. Mais maintenant, il lui demande beaucoup plus. John Ross veut bien faire un effort, mais Mitch lui demande désormais 2 millions de dollars, qu’il doit lui verser avant le gala des éleveurs. Il le menace de tout révéler à Bobby ainsi qu’à JR. John Ross est furieux. Il décide d’aller dans  son bar habituel pour se calmer, mais il y rencontre Christopher. A fleur de peau, il lui demande de s’en aller, estimant que c’est son bar. Christopher va alors lui rétorquer que c’est également son bar, car ils venaient ensemble avant, lorsqu’ils étaient amis. John Ross va faire semblant d’avoir oublié cette époque. Christopher va alors rajouter que depuis tout petit ils se battent, mais que c’est ridicule car ils sont de la même famille. Mais John Ross n’est pas du même avis, car pour lui Christopher n’a pas de sang des Ewing qui coule dans ses veines (puisqu’il a été adopté). Cela ne va pas plaire à Christopher, qui ne va pas se gêner pour lui dire qu’il est sûr et certain que c’est lui qui a envoyé le mail à Elena.

 

 

Elena rend visite à Sue Ellen, dans son bureau. Elle va lui demander de l’aider à ce que la banque lui accorde un prêt, pour financer son nouveau projet, car Sue Ellen conseille au Conseil de la banque. En effet, elle a trouvé un nouvel endroit où il y aurait du pétrole, sous le ranch des Anderson. Charmée, Sue Ellen va finalement financer elle-même ce projet. Elena est ravie. Sue Ellen va également l’inviter au gala des éleveurs de bétails le soir même.

Au Gala, la fête bat son plein. JR arrive accompagné de John Ross. Il a sorti son déambulateur, ce qui exaspère son fils. Ils font tout de même des photos, tout sourire. Sue Ellen fait son discours, sous l’œil de JR, qui la regarde admirativement. Une fois le discours terminé, JR rejoint Bobby et Anne. Bobby est estomaqué de voir son frère ici. JR s’amuse d’ailleurs de sa réaction. Il va également le remercier d’être venu le voir si souvent à l’hôpital. Bobby semble très touché. JR va également lui dire que leur mère avait raison de lui laisser le ranch, car il a toujours su le gérer correctement. Anne est ravie de voir que JR réagit ainsi. Evidemment, Bobby et Anne ne savent pas ce que JR manigance et qu’il compte leur prendre le ranch. JR finit par aller voir Sue Ellen. Elle n’en revient pas de le voir là. Il va en profiter pour la féliciter, mais aussi pour s’excuser pour tout le mal qu’il lui a fait.

Au gala, John Ross tente de s’expliquer avec Elena. Ils continuent d’être associés, comme avant, mais Elena a du mal à gérer cette histoire avec l’e-mail. John Ross tente de lui dire une énième fois que ce n’est pas lui qui a envoyé ce courrier, Elena ne le croit toujours pas. Elle décide donc de faire un break. John Ross est en colère, mais il voit son père qui s’approche de Mitch Lobell. Il laisse donc Elena sans un mot pour aller dire à Mitch de se taire car il va avoir un premier versement dès le lendemain. L’avocat ne dira rien à JR, mais ce dernier ne comprend pas pourquoi les contrats mettent si longtemps à arriver. JR va aller jusqu’à menacer Mitch de s’en prendre à son fils. Mitch repart sans serrer la main de JR, ce qui amuse beaucoup ce dernier qui se met à ricaner.

A la sortie du gala, John Ross rejoint Marta. Sans un mot, ils se retrouvent à l’appartement de cette dernière et commence à s’embrasser fougueusement. Mais John Ross stoppe tout pour demander à Marta 100 000 dollars à donner à Lobell. Elle comprend alors qu’il la manipule, et cela ne va pas du tout lui plaire, mais elle ne va pas lui montrer. A son insu, elle va mettre une drogue dans son verre de whisky. Il ne va pas se rendre compte qu’elle va allumer une caméra qui se trouve juste au-dessus du lit où ils vont faire l’amour.

 

 

Au ranch, dans la cuisine familiale, Bobby s’apprête à partir pour l’hôpital. Mais Anne s’inquiète, car pour elle, s’il vend Southfork c’est qu’il a renoncé à se battre, et qu’il estime que Christopher n’est pas encore prêt pour s’occuper des terres de leurs ancêtres. Mais Bobby ne sait pas quoi faire… Anne lui propose alors de tout révéler à son fils sur sa santé, et de se battre pour garder le ranch.

Chez Marta, le réveil est rude pour John Ross. Marta est là, elle le regarde, l’air amusé. Il se demande bien ce qui s’est passé, car il arrive à peine à tenir debout. Pendant ce temps, Marta sort l’argent pour Mitch, et le donne à John Ross.

Christopher rend visite à Elena. Il lui propose de s’associer, car il pense que la méthode propre d’Elena pour extraire le pétrole pourrait marcher également pour l’hydrate de méthane. Il souhaite prouver à son père qu’il peut gérer son entreprise, pour éviter qu’il vende la maison familiale. Elena propose alors à Christopher de rentrer chez elle pour en parler. Mais Tommy les observait. Il se rend alors chez Rebecca qui cuisinait une recette du livre donné par Anne. Tommy va lui dire qu’il est très heureux car elle a bien réussi son coup, car Anne lui a proposé de travailler au ranch. Mais Rebecca a l’air ennuyée, ce qui va énerver Tommy. Comme cela fait deux ans qu’ils préparent ensemble ce coup monté, il espère qu’elle ne va pas tout abandonner. Il la menace très clairement en lui disant qu’il va la surveiller de près.

Pendant ce temps, John Ross fait appel à ses sources pour savoir si Mitch a des choses à se reprocher pour lui faire du chantage. De plus, il voudrait savoir qui a réellement envoyé le mail à Elena.

JR, quant à lui, se rend chez Carlos Del Sol pour avoir des nouvelles de la fondation et de l’avancée des projets communs. Mais son vieil ami ne va pas comprendre de quoi il parle. Il trouve cela étrange que sa fille, Marta, ne lui ait parlé de rien à ce sujet. Il la fait donc venir… et une jeune femme s’approche : la vraie Marta Del Sol. JR comprend alors que son propre fils a voulu le doubler.

RL rédigé par Aelis

Maison de Repos – Chambre de J.R
John Ross : Tu ne devrais probablement pas mettre ça au loin comme ça, papa. Tu dois surveiller ta santé.

J.R : Je ne me suis jamais senti mieux. Marta... je dois aller parler à ton père. Je n'ai jamais conclu un marché avec un homme à qui je n'ai pas parlé personnellement. Mais ils ne me laisseront pas prendre des décisions internationales depuis ma chambre... Que dois-je faire à propos de ça ?

Marta Del Sol : Dès qu'il m'appelle, je le ferai sonner dans ta chambre.

J.R : Le plus tôt sera le mieux, ma chère. En parlant de contrats, C'est quoi le retard, John Ross ? Chaque jour qui passe sans que les papiers soient signé est un jour où le ciel pourrait chuté.

John Ross : Je m'en occupe.

J.R : Maintenant, écoute, fils. Bobby pense qu'il vend Southfork à la conservation Del Sol, mais il vend en fait à moi. Jusqu'à ce que je revoie les contrats et que Bobby les signe, on a pas de marché.

John Ross : Papa, je suis allé si loin sans tes conseils.

J.R : Ne commence pas maintenant. Tu as peut-être trouvé le pétrole, John Ross, mais je suis celui qui connaît Carlos Del Sol, et je suis celui qui va voler Southfork à Bobby. Tu t'assures juste d'obtenir une ébauche de ces papiers au plus vite... Tu as compris ? Et, fils... Ne perd jamais une occasion de te taire.

Infirmière : C'est l'heure de votre kinésithérapie, J.R.

J.R : Merci, Candy. Je serai dans ma chambre attendant l'appel de ton père.

Marta Del Sol : Pas de problèmes.

 

Marta Del Sol : Quand ce marché sera passé, toi et moi célébrerons comme on en avait l'habitude.

John Ross : Mais ne laissons pas le personnel interférer avec le professionnel maintenant, okay ? Si J.R. parle à Carlos, On est foutu.

Marta Del Sol : Assure-toi qu'il n'entre jamais en contact avec lui.

John Ross : Je gère.

Marta Del Sol : Pourquoi tu laisserais ton père t'agacer comme ça ?

John Ross : Je serai damné si je laisse jamais avoir le meilleur de moi.

Marta Del Sol : Il ne va pas le faire. Tu es celui qui va voler Southfork pour lui.


GENERIQUE

Appartement de Christopher et Pamela
Rebecca : Tu ne veux pas vraiment y aller, n'est-ce pas ?

Christopher : Qu'est-ce que tu veux dire ?

Rebecca : Et bien... Tu ne veux pas que ton père vende Southfork.

Christopher : Tu veux parler de ça ? Je ne sais pas. C'est.... C'est seulement qu'une minute, je lui dis que je ne suis pas à l'aise a lui demander un prêt, et... Et la minute d'après il vend notre maison familiale, pour financer une idée de business que je ne suis même pas sûr de pouvoir faire marcher.

Rebecca : Donc, pourquoi allons-nous à Tahiti ? Notre lune de miel peut attendre, Chris.


Bureau de Bobby
Bobby : Non. Non, Bill, au contraire, ça empire. Non, laisse l'opération pour mercredi. Je dois juste le dire à ma famille d'abord. Je dois y aller. Au revoir. Bon sang.

Ext. Southfork
Ann : Quand allais-tu me le dire ?

Bobby : Depuis quand es-tu au courant ?

Ann : J'ai trouvé tes médicaments avant le mariage.

Bobby : Je n'ai jamais pu te cacher grand-chose, n'est-ce pas ?

Ann : On fera ce qu'il faudra.

Bobby : Annie. Tu me connais. Je vais combattre ça avec ce tout ce que j'ai. Bill a programmé l'opération, c'est prévu mercredi. Mercr... C'est laparoscopique, donc je ne vais pas être cloué au lit longtemps du tout. On peut dire aux gens qu'on sera à Austin pour quelques jours.

Ann : Tu ne vas pas dire à Christopher que tu as un cancer ?

Bobby : Non, non. Et le faire revenir de sa lune de miel ? Non, chérie. Bill dit que les chances de rémission sont de 70% avec cette opération. Donc je vais aller bien.

Bureau de John Ross
John Ross : Pourquoi n'as-tu pas répondu à mes appels ?

Elena : Tu m'as envoyé ce mail ?

John Ross : "Je sais que j'aurais dû dire quelque chose plus tôt, mais je ne pense pas qu'on est fait l'un pour l'autre, Elena. Je t'aimerais toujours, mais nous sommes deux personnes vraiment différentes de circonstances très différentes. J'espère que tu comprends, mais je ne viendrai pas à notre rendez-vous demain. Christopher." Tu penses que j'ai envoyé ça ?

Elena : Qui d'autre avait des raisons de l'envoyer ?

John Ross : Christopher... C'est un fils de pute prétentieux qui pense que tu n'es pas assez bien pour lui.

Elena : Il m'a dit la nuit dernière qu'il ne l'avait pas envoyé !

John Ross : C'est de ça qu'il s'agissait. Et bien, il ment.

Elena : Pourquoi es-tu venu me chercher au Mexique ?

John Ross : Car j'avais entendu dire que tu avais rompu avec Christopher et qu'il partait en Chine. Je voulais voir si j'avais une chance avec toi. Je n'ai jamais caché le fait que je suis fou de toi, Elena.

Elena : Je veux que tu me dises la vérité, John Ross. As-tu envoyé ce mail ?

John Ross : Non. Bien sûr que non. Tu n'avais pas rompu avec lui. Tu allais l'épouser. Si tu n'avais pas reçu ce mail, tu serais mariée à Christopher. Tu me dis que la seule raison pour laquelle on est ensemble, c'est parce que quelqu'un t'a envoyé un mail prétendant être Christopher qui rompait avec toi ? Va te faire foutre !

Ext. Soutfork
Ann : Salut.

Tommy : Ça va, Mme Ewing ?

Ann : Tu ferais mieux de faire la conversation, Tommy, ou je pourrais juste déclenchez une inondation.

Tommy : De quoi devrais-je parler ?

Ann : Tu as des plans pendant que tu es ici à Dallas ?

Tommy : Bien... Maintenant que ma sœur est enfin installée, j'aimerais rester en ville, près d'elle. J'aimerais trouver un travail... Peut-être trouver la jugeote de me remettre à l'école, comme elle l'a fait. Becca est une sacrée femme, Mme Ewing. Attendez de mieux la connaitre.
Ann : Et bien... Ça serait sympas de t'avoir dans les environs toi aussi, Tommy.

Ext. Southfork
Bobby : Partout où on voit la rouille comme ça, grattons-le juste et repeignons.

Christopher : Tout va bien, papa. On a décidé de ne pas partir.

Bobby : Pourquoi ? Salut les gars.

Tim : Salut.

Bobby : Ecoute, Tim, pourquoi tu ne vérifies pas les autres granges pour la même chose et puis reviens me voir, ok ?

Tim : Compris, Mr Ewing.

Bobby : Alors, qu'as-tu à l'esprit ? Viens.

Christopher : J'apprécie que tu veuilles m'aider, ok ? Mais rien que de t'imaginer vendre notre maison pour m'aider à commencer mon business... Je ne suis pas d'accord avec ça.

Bobby : Je ne la vends pas seulement pour t'aider à démarrer, mon fils. Je vends... Parce que, si quelque chose devait m'arriver, je ne veux pas que toi et John Ross partiez en guerre pour Southefork comme J.R et moi l'avons fait.

Christopher : Mais tu vas bien. Je ne laisserais jamais quelque chose arriver à toi ou à notre famille, papa. Tu dois le savoir. Donc ce que tu me dis c'est que tu ne me fais pas confiance pour reprendre.

Bobby : Non, ce n'est pas ça.

Christopher : Si, ça l'est !

Bobby : Ma décision n'a rien à voir avec toi.

Christopher : Alors donne-moi une chance. Ok ? Laisse-moi te prouver que je peux faire ce travail. Je peux arranger mon brevet sur le gaz, et je peux garder ta promesse faite à Grand-Mère Ellie. Repense-y, papa.

Bobby : J'ai donné ma parole, fils. Et j'ai serré la main. Je suis désolé.

Int. Southfork
Rebecca : Ann, puis-je te parler de quelque chose ?

Ann : Bien sûr.

Rebecca : Je me sens un peu anxieuse. Je sais qu'Elena était gentille avec moi au diner. Mais alors John Ross m'a pris au dépourvu sur elle étant ma demoiselle d'honneur. Ensuite au magasin de noce, je... J'ai peur que le côté marie-salope ressorte. Je veux vraiment que Christopher soit heureux. Je... Je ne veux pas toujours regarder par-dessus mon épaule.

Ann : Chérie, Christopher t'aime, ou il ne t'aurait pas épousée. Tiens.
C'est une collection de toutes les recettes de la famille Ewing, datant de la mère de Mlle Ellie. Je veux juste que tu l'aie.

Rebecca : Merci. Merci.

Ann : Je sais ce que ça fait d'être une étrangère Rebecca.

Rebecca : Merci.

Bureau de Mitch Lobell
John Ross : Il va toujours le vendre ?

Mitch : Oui.

John Ross : Il n'y a rien que tu puisses faire ?

Mitch : C'est sûr que je vais essayer.

John Ross : C'est quoi le bordel avec le retard ?

Mitch : Maintenant, J.R. veut revoir ces papiers avant qu'ils soient envoyés à mon oncle ! Quand tu as commencé à forer à Southfork derrière le dos de ton oncle, tu es venu me demander si je te tiendrais informé de tout mouvement que ton oncle pourrait faire qui t'empêcherait de forer. Tu étais d'accord que ma participation... Au diable, soyons honnête... Ma trahison de Bobby Ewing, mon client depuis 30ans, valait 500,000$. J'ai t'ai refilé Southfork, John Ross. Tu penses vraiment que 500,000$ va suffire ?

John Ross : Je suis un homme raisonnable, Lobell.

Mitch : Tu m'as traité équitablement.

John Ross : Où est-ce que tu veux en venir ?

Mitch : Fils ... Si tu ne découvres pas un moyen de m'avoir 2 millions $ d'ici le bal des barons de bétail, non seulement je vais dire à Bobby que tu lui tends un piège, mais je vais dire à J.R. que tu as prévu de le pigeonner.

Bar de Dallas
John Ross : Ils ne servent pas de Saké dans ce bar, cousin. Ou peu importe ce qu'ils boivent en Chine. C'est mon bar.

Christopher : Autrefois c’était notre bar, John Ross... A l'époque où on grandissait. Tu te souviens ?

John Ross : Je ne me souviens pas de ça.

Christopher : Toi et moi, On a été dans les camps opposés depuis notre naissance. Et pour quoi ? Nous sommes une famille.

John Ross : Nous ne sommes pas une famille, frérot. Je suis un Ewing, au plus profond de mon ADN. Tout ce que je suis, tout ce pour quoi je mourrais, a le nom d'Ewing dessus.

Christopher : Lâche moi la grappe ! Tu n'as jamais tenu à notre famille. Tu utilises le nom d'Ewing pour avoir ce que tu veux. En parlant de choses que tu veux... Comment ça va avec Elena ? Ne me tourne pas le dos ! Peut-être qu'Elena croit que tu n'as pas envoyé ce mail, mais moi non. Donc tu ferais mieux d'avoir des yeux à l'arrière de ta tête, cousin, parce que je serais là.

John Ross : Connard.

Bureau de Sue Ellen
Sue Ellen : Johanna, c'est divin. Tout le monde les aimera ce soir. Merci. Tu as fait un magnifique travail.

Johanna : Merci, Mme Ewing.

Sue Ellen : Veux-tu m'excuser une minute ? Bonjour, Elena.

Elena : Bonjour.

Sue Ellen : Quelle bouffée d'air frais. Qu'est-ce qui t'amène ?

Elena : Il y a une ruée pétrolière en ce moment au Texas, Sue Ellen. Meilleures techniques d'exploration, meilleur équipement de forage. C'est pour ça que je suis là. Je crois que j'ai trouvé un océan de pétrole... Au moins un milliard de barils sous le vieux ranch Henderson. Mais la banque m'a refusé un prêt. Maintenant je sais, que tu fais partie du comité de la banque. J'ai besoin d'argent pour acheter quelques vieux baux pétroliers. Penses-tu que tu pourrais parler en mon nom au comité de la banque ?

Sue Ellen : Tu as toujours été une petite fille si déterminée et concentrée. J'étais si impressionnée par la façon dont tu as géré la mort tragique de ton père sur cette plate-forme pétrolière. Il serait très fier de toi Elena. Oublie la banque. Je vais te prêter l'argent. Je serais ravie de travailler avec une femme si intelligente et indépendante. Si je n'avais pas rencontré J.R., J'aime à penser que j'aurais pu être comme toi.

Elena : Je ne sais pas quoi dire. Merci.

Sue Ellen : Mes avocats rédigeront les papiers. Et... que dirais-tu de venir au bal des barons de bétail avec moi ce soir ? En tant que ma cavalière.

Bal des Barons de bétail
John Ross : Un déambulateur ? T’es sérieux, papa ?

J.R : Regarde et apprend.

Journalistes : J.R, J.R, J.R. Par ici. Par ici !


Sue Ellen : Une fois de plus, le Texas, a été incroyablement généreux envers l'American Cancer society. L'année dernière, on a récolté 32 millions de dollar. Donc, vous êtes tous prêts à entendre ce qu'on a récoltés jusqu'à présent ? Jusqu'à présent, ce soir, nous avons récolté ... 35 millions de dollar ! Et je sais que nous ne faisons que commencer. Donc, amusez-vous, que la fête commence, et surtout faites de nombreux dons.


J.R : Alors, quand vas-tu faire la course pour être gouverneur ? Elle le ferait, aussi. Crois-moi. Je le sais. Salut, Bobby, on dirait que tu viens de voir un fantôme.


Bobby : J.R., mais qu'est-ce que tu fais ici ?

J.R : Je suis content de te voir moi aussi. Non, non, je veux dire, juste une minute.

Bobby : Les garçons, je peux prendre cette chaise ?

Homme : Bien sûr.

Bobby : Assied-toi.

J.R : Merci. Merci. Ann.

Ann : J.R.

J.R : Je voulais te remercier pour m'avoir rendu visite tout ce temps. Je sais qu'on aurait dit que je ne pouvais pas entendre, mais je pouvais. J'étais juste... Trop déprimé pour le montrer. Je ne vais pas oublier ce que tu as fait pour moi, Bobby, ni ce que tu m'as dit surtout lors de ta dernière visite. Je pense que c'est ce qui m'a secoué. Cela signifiait énormément pour moi.

Bobby : C'est bon de te revoir, aussi. Ça fait un moment que tu n'as pas vu Ann, n'est-ce pas ?

J.R : Bobby parle un peu d'autre chose pendant ses visites. Pas de secret que je n'ai pas approuvé de la première Mme Bobby Ewing, mais tu es son âme sœur, Ann. Je suis heureux de t'avoir comme Belle-sœur.

Ann : Et bien, merci, J.R. C'est agréable d'être en compagnie d'une légende.

J.R : Principalement dans mon propre esprit, chérie.

Bobby : J.R., voici Marta Del Sol. Et, il y a certaines choses dont toi et moi devons discuter à propos de Southfork. La conservation de Del Sol.

J.R : Maman a choisi de te laisser le ranch, Bobby. John Ross m'a dit. Et avec du recul, je sais qu'elle a pris la bonne décision. Tu as toujours été celui qui avait une conscience. Tu ne me reconnais pas Bob, n'est-ce pas ?

Bobby : J'espère que ça ne va pas t'offenser frérot, mais non, je ne te reconnais pas.

J.R : John Ross, ne reste pas là. Excuse-toi auprès de ton oncle Bobby. Tu as créé un de ces vacarmes à Southfork.

John Ross : Je te présente mes excuses, Oncle Bobby.

J.R : J'aurais besoin d'un autre verre.

Bobby : Bien sûr. Je m’en occupe. Excusez-nous. On revient.

J.R : J'étais dans ma chambre toute l'après-midi. Ton père n'a jamais appelé.

Marta Del Sol : Il m’a envoyé un SMS. Il était à l'hôpital pour quelques petites retouches. Tu peux lui envoyer un mail si tu le souhaites.

J.R : Les vieux schnocks comme moi n'envoient pas de mail, chérie. On parle les uns aux autres, en personne.

Marta Del Sol : Il sortira de l'hôpital mardi. Tu pourras lui parler là.

J.R : Mardi se sera parfait, alors.

Bobby : Et voilà, J.R. Un petit quelque chose pour vous dépanner jusqu'à ce qu'ils commencent à servir le dîner.

J.R : Merveilleux. Pardonnez-moi. Il y a quelqu'un à qui j'ai voulu présenter mes excuses toute ma vie.

Sue Ellen : Profite de cette foutue chose. On a une certaine réserve d'argent. Après le scandale A.G... On n'a pas aimé le gars à côté sur le billet. Ce n'est pas le moment. Dis-nous juste où et quand. On déjeunera. J.R., que fais-tu ici ? Je pensais que tu n'allais pas assez bien pour quitter ta chambre.

J.R : Je suis juste venu pour te féliciter, et tu le mérites, chérie. Regarde-toi. Regarde-moi. Tu as gagné, chérie. Et je ne pourrais pas être plus content. Si tu me le demandes, tu ferais un sacré gouverneur. Et donc si je dis... que tu es toujours la plus belle fille du bal.


Elena : Ne pense pas que je ne suis plus en colère contre toi, car je le suis encore.

John Ross : Mais nous sommes encore partenaires ?

Elena : Je ne sais pas, John Ross. Le sommes-nous ?

John Ross : Bébé, on forme une super équipe. Tu as le scolaire, j'ai l'instinct. Tu ne sais même pas à quel point tu as besoin de moi. Et je sais que tu as besoin de moi.

Elena : Je recherchais du pétrole ancien afin de l'acheter. Je pense qu'ils peuvent encore être actifs. On a une relation de travail et bien sûr je vais honorer ça. J'ai juste... pensé qu'avec le mail, nous ne devrions pas...

John Ross : Je n'ai pas envoyé ce foutu mail, Elena.

Elena : Il n'y a pas d’autre explication John Ross.

John Ross : Que dis-tu ? Quand est-il de nous ?

Elena : Nous pouvons avoir une relation professionnelle. Mais au niveau personnel nous devrions faire une pause.

John Ross : Au fait, où as-tu eu l'argent pour acheter le matériel de forage ?

Elena : Ta mère me l'a prêté.


John Ross : Mon père arrive pour te parler. Je t'ai obtenu 100,000 $ comptant en premier. Garde juste ta bouche fermée.

Mitch : Je suppose que certaines personnes sont trop méchantes pour mourir.

J.R : Je suis aussi heureux de te voir, Mitch. John Ross m'a dit que tu es dans notre camp maintenant. Pourtant, je suis troublé par le retard. J'ai été dans les affaires toute ma vie. Rien de tel que le temps qui passe pour tuer un marché.

Mitch : Il n'y a pas de retard, J.R. Tu les auras bientôt. Les contrats sont compliqués.

J.R : C'est fantastique, Mitch. Il y avait toujours une personne que tu estimes parmi toutes les autres. Je déteste frapper un homme en-dessous de la ceinture, mais tu sais que je le ferai. Donne-moi juste ces foutus papiers. Car si ce marché vient à une fin difficile, je te tiendrais pour responsable.


Chambre d’Hôtel de Martal Del Sol

John Ross : Sans rancunes.

Marta Del Sol : Je pensais que tu avais dit que tu voulais garder notre relation professionnelle.

John Ross : Oui, mais c'était avant. Ça... ...c'est maintenant.

Marta Del Sol : Viens par ici.

John Ross : Attends, attends. Lobell menace de tout dire à J.R. J'ai besoin de 100,000 dollar rapidement.

Marta Del Sol : Ok. Tu te souviens de la dernière fois où nous étions amoureux, John Ross ?

John Ross : Oui. Evidemment que je m'en souviens. C'était une expérience incroyable. Mon whisky préféré.

Marta Del Sol : Seulement pour les occasions spéciales. J'espère que tu l'aimes. On a passé du bon temps à Vegas. La luxure... est une force puissante.

John Ross : Appeler ce que nous ressentons l'un pour Un sacré verre.
L’autre de la luxure... ...c'est presque insultant. C'était...

Marta Del Sol : J'ai besoin que tu sois certain... Parce qu'il n'y a pas de retour en arrière. Es-tu sûr de vouloir mélanger affaires et plaisir ?

Southfork – Chambre de Bobby & Ann
Bobby : Annie, tu es prête à y aller ? Chérie... Je vais bien. Dans six ou sept heures, toi et moi allons avoir un magnifique et gélatineux repas à l'hôpital. Je sais que tout va bien se passer.

Ann : Ce que je crains c'est que tu arrêtes de te battre. Tu vends Southfork car tu ne penses pas pouvoir être là pour protéger notre foyer, et tu es effrayé que Christopher ne soit pas prêt à prendre la relève.

Bobby : Je crois que Christopher l'a compris, aussi. Il est parti d'ici hier comme si je l'avais frappé moi-même dans le dos. Je ne savais pas quoi lui dire, Annie.

Ann : Tu dois dire à ton fils que tu as un cancer, Bobby. Laisse Christopher t'aider. Vendre la maison qui appartenait à ta famille depuis des siècles revient à abandonner ton combat pour vivre.

Bobby : Tu ne crois pas que tu exagères un peu tout ça ?

Ann : Si tu ne peux pas trouver la force de te battre contre la maladie... tu trouveras la force de te battre pour Southfork.

Chambre d’hotel de Marta Del Sol
John Ross : Qu'est-ce qu'on a fait la nuit dernière ?

Marta Del Sol : Je ne suis pas sûre que tu sois prêt à l'entendre.

John Ross : C'est un gros paquet d'argent, Marta. J'apprécie.

Marta Del Sol : Ça va te coûter une autre moitié de pour cent.

John Ross : Je peux vivre avec ça.

Marta Del Sol : Bien. Parce que... je me suis mouillée avec mes investisseurs, et je détesterais devoir leur dire que cet avocat Lobell cause des problèmes. D'où je viens, tu ne nourris pas un chient errant.


Ext. Southfork
Elena : Pourquoi n'es-tu pas en lune de miel ?

Christopher : Tu te souviens de ta thèse sur le pétrole et les inondations ? Je pense que je pourrais l'utiliser pour extraire le méthane des hydrates... Et empêchez une baisse soudaine du fond de la mer. Peux-tu m'aider ?

Elena : Si tu peux faire ça, ça change la donne.

Christopher : Je dois prouver que ça peut marcher en situation de laboratoire. Et je dois réparer ça pour prouver à mon père que je peux gérer Southfork pour qu'il n'ait pas à vendre. C'est pourquoi je n'y suis pas allé. Ecoute, euh... J'aurais vraiment besoin de ton aide. Alors qu'en penses-tu ? Peut-on travailler ensemble ?


Appartement de Christopher & Rebecca
Tommy : Devine quoi. Ann m'a offert un job au ranch. J'en suis. Je dois te l'accorder, sœurette. C'était un sacré tour de force que tu as sorti. Comment tu fais pour qu'un gars à mi-chemin revienne de Tahiti pendant sa lune de miel juqu'à Southfork ? Tu as dû faire quoi ?

Rebecca : Rien. Il ne voulait pas vraiment y aller. Tout semble être sur la bonne voie.

Tommy : Quel est le problème ? Tu es sensé fêter ça. Parfois je me demande... Quel est le but de tout ça.

Rebecca : Qu'est-ce que cela veut dire ?

Tommy : Tu sais quel est le but. On a passé les deux dernières années de notre vie à travailler sur ce projet. Il y a une tonne d'argent en jeu ici. Ne me dis pas que tu as des doutes.

Rebecca : Et si j'en avais ?

Tommy : Il vaut mieux garder tes yeux sur la balle, sœurette. Et ne t'habitue pas trop à être Mme Ewing.

Rebecca : Tu ne me donnes pas une mise en garde, si, Tommy ?

Tommy : Je te fais juste savoir que je te surveille. A notre succès mutuel.

Maison de repos – Chambre de J.R
J.R : Connais-tu l'origine du mot "peccadillo" ?

John Ross : Non.

J.R : C'est un diminutive du mot espagnol qui veut dire péché. C'est exactement ce que j'ai besoin que tu trouves sur Mitch Lobell.

John Ross : Ce fils de pute essaye de me faire chanter.

J.R : S'il y a une saleté à déterrer sur Mitch Lobell, je le trouverai.

John Ross : J'ai besoin que tu trouves autre chose pour moi.

J.R : Quoi donc, mon fils ?

John Ross : Une de mes amies... Elena Ramos... Elle a reçu un mail, il y a quelques années. J'ai besoin que tu découvres qui l'a envoyé. Elle pense que c'était moi, mais non.

J.R : Je peux faire ça.

John Ross : Bien.

J.R : Tu sais ce qu'on dit à Mexico ? "Mieux vaut être vieux qu'être le Diable."

Maison de Carlos Del Sol - Mexique
Gouvernante : Mr Ewing est là.

Carlos Del Sol : Quel plaisir de te revoir J.R.

J.R : C'est bon de te voir, Carlos ! J'ai essayé d'entrer en contact avec toi. Si on doit faire un deal, j'aime regarder un homme en face. Je suis un vieux schnock pour ça.

Carlos Del Sol : Je comprends totalement. Je garde toujours les registrer que mon père m'a fait garder quand il m'a payé 50 cents et fait de moi le comptable.

J.R : Tu as fait un sacré boulot en multipliant ces 50 cents. Quoi, numéro 2 sur le classement de Forbes ? Et, quoi... 50 milliards de dollars ?

Carlos Del Sol : Je ne garde pas trace de ces chose, J.R. entre. Quel est le marché dont tu parles ?

J.R : Le marché que j'ai fait avec ta fille, Marta. Le conservatoire Del Sol sert de façade pour l'achat de Southfork pour moi.

Carlos Del Sol : Je ne suis au courant d'aucun marché avec ma fille. Il y a du avoir un malentendu, non ?

J.R : Je ne pense pas. Le conservatoire Del Sol est en train d'acheter Southfork, et ensuite il me le retransmet dans 30 jours.

Carlos Del Sol : Voudrais-tu venir ici Marta ? Gracias, hija. Marta, te souviens-tu de J.R. Ewing ?

Marta Del Sol : Mr Ewing... JR. Vous veniez voir mon père avec votre petit garçon.

J.R : Bonté divine. Vous n'êtes en rien ce à quoi je m'attendais.

Carlos Del Sol : Quel marché as-tu avec Mr Ewing ?

J.R : Je suis désolé de vous avoir déranger, Carlos. Il semble que j'ai fait une terrible erreur ici. Et, Marta, Je vais devoir vous présenter à mon fils, John Ross. Il est fait du même bois.

 

Maison de Repos – Chambre de J.R

John Ross : Tu ne devrais probablement pas mettre ça au loin comme ça, papa. Tu dois surveiller ta santé.

J.R : Je ne me suis jamais senti mieux. Marta... je dois aller parler à ton père. Je n'ai jamais conclu un marché avec un homme à qui je n'ai pas parlé personnellement. Mais ils ne me laisseront pas prendre des décisions internationales depuis ma chambre... Que dois-je faire à propos de ça ?

Marta Del Sol : Dès qu'il m'appelle, je le ferai sonner dans ta chambre.

J.R : Le plus tôt sera le mieux, ma chère. En parlant de contrats, C'est quoi le retard, John Ross ? Chaque jour qui passe sans que les papiers soient signé est un jour où le ciel pourrait chuté.

John Ross : Je m'en occupe.

J.R : Maintenant, écoute, fils. Bobby pense qu'il vend Southfork à la conservation Del Sol, mais il vend en fait à moi. Jusqu'à ce que je revoie les contrats et que Bobby les signe, on a pas de marché.

John Ross : Papa, je suis allé si loin sans tes conseils.

J.R : Ne commence pas maintenant. Tu as peut-être trouvé le pétrole, John Ross, mais je suis celui qui connaît Carlos Del Sol, et je suis celui qui va voler Southfork à Bobby. Tu t'assures juste d'obtenir une ébauche de ces papiers au plus vite... Tu as compris ? Et, fils... Ne perd jamais une occasion de te taire.

Infirmière : C'est l'heure de votre kinésithérapie, J.R.

J.R : Merci, Candy. Je serai dans ma chambre attendant l'appel de ton père.

Marta Del Sol : Pas de problèmes.

Marta Del Sol  : Quand ce marché sera passé, toi et moi célébrerons comme on en avait l'habitude.

John Ross : Mais ne laissons pas le personnel interférer avec le professionnel maintenant, okay ? Si J.R. parle à Carlos, On est foutu.

Marta Del Sol : Assure-toi qu'il n'entre jamais en contact avec lui.

John Ross : Je gère.

Marta Del Sol : Pourquoi tu laisserais ton père t'agacer comme ça ?

John Ross : Je serai damné si je laisse jamais avoir le meilleur de moi.

Marta Del Sol : Il ne va pas le faire. Tu es celui qui va voler Southfork pour lui.

 

 

GENERIQUE

 

Appartement de Christopher et Pamela

Rebecca : Tu ne veux pas vraiment y aller, n'est-ce pas ?

Christopher : Qu'est-ce que tu veux dire ?

Rebecca : Et bien... Tu ne veux pas que ton père vende Southfork.

Christopher : Tu veux parler de ça ? Je ne sais pas. C'est.... C'est seulement qu'une minute, je lui dis que je ne suis pas à l'aise a lui demander un prêt, et... Et la minute d'après il vend notre maison familiale, pour financer une idée de business que je ne suis même pas sûr de pouvoir faire marcher.

Rebecca : Donc, pourquoi allons-nous à Tahiti ? Notre lune de miel peut attendre, Chris.

 

Bureau de Bobby

Bobby : Non. Non, Bill, au contraire, ça empire. Non, laisse l'opération pour mercredi. Je dois juste le dire à ma famille d'abord. Je dois y aller. Au revoir. Bon sang.

 

Ext. Southfork

Ann : Quand allais-tu me le dire ?

Bobby : Depuis quand es-tu au courant ?

Ann : J'ai trouvé tes médicaments avant le mariage.

Bobby : Je n'ai jamais pu te cacher grand-chose, n'est-ce pas ?

Ann : On fera ce qu'il faudra.

Bobby : Annie. Tu me connais. Je vais combattre ça avec ce tout ce que j'ai. Bill a programmé l'opération, c'est prévu mercredi. Mercr... C'est laparoscopique, donc je ne vais pas être cloué au lit longtemps du tout. On peut dire aux gens qu'on sera à Austin pour quelques jours.

Ann : Tu ne vas pas dire à Christopher que tu as un cancer ?

Bobby : Non, non. Et le faire revenir de sa lune de miel ? Non, chérie. Bill dit que les chances de rémission sont de 70% avec cette opération. Donc je vais aller bien.

 

Bureau de John Ross

John Ross : Pourquoi n'as-tu pas répondu à mes appels ?

Elena : Tu m'as envoyé ce mail ?

John Ross : "Je sais que j'aurais dû dire quelque chose plus tôt, mais je ne pense pas qu'on est fait l'un pour l'autre, Elena. Je t'aimerais toujours, mais nous sommes deux personnes vraiment différentes de circonstances très différentes. J'espère que tu comprends, mais je ne viendrai pas à notre rendez-vous demain. Christopher." Tu penses que j'ai envoyé ça ?

Elena : Qui d'autre avait des raisons de l'envoyer ?

John Ross : Christopher... C'est un fils de pute prétentieux qui pense que tu n'es pas assez bien pour lui.

Elena : Il m'a dit la nuit dernière qu'il ne l'avait pas envoyé !

John Ross : C'est de ça qu'il s'agissait. Et bien, il ment.

Elena : Pourquoi es-tu venu me chercher au Mexique ?

John Ross : Car j'avais entendu dire que tu avais rompu avec Christopher et qu'il partait en Chine. Je voulais voir si j'avais une chance avec toi. Je n'ai jamais caché le fait que je suis fou de toi, Elena.

Elena : Je veux que tu me dises la vérité, John Ross. As-tu envoyé ce mail ?

John Ross : Non. Bien sûr que non. Tu n'avais pas rompu avec lui. Tu allais l'épouser. Si tu n'avais pas reçu ce mail, tu serais mariée à Christopher. Tu me dis que la seule raison pour laquelle on est ensemble, c'est parce que quelqu'un t'a envoyé un mail prétendant être Christopher qui rompait avec toi ? Va te faire foutre !

 

Ext. Soutfork

Ann : Salut.

Tommy : Ça va, Mme Ewing ?

Ann : Tu ferais mieux de faire la conversation, Tommy, ou je pourrais juste déclenchez une inondation.

Tommy : De quoi devrais-je parler ?

Ann : Tu as des plans pendant que tu es ici à Dallas ?

Tommy : Bien... Maintenant que ma sœur est enfin installée, j'aimerais rester en ville, près d'elle. J'aimerais trouver un travail... Peut-être trouver la jugeote de me remettre à l'école, comme elle l'a fait. Becca est une sacrée femme, Mme Ewing. Attendez de mieux la connaitre.

Ann : Et bien... Ça serait sympas de t'avoir dans les environs toi aussi, Tommy.

 

Ext. Southfork

Bobby : Partout où on voit la rouille comme ça, grattons-le juste et repeignons.

Christopher : Tout va bien, papa. On a décidé de ne pas partir.

Bobby : Pourquoi ? Salut les gars.

Tim : Salut.

Bobby : Ecoute, Tim, pourquoi tu ne vérifies pas les autres granges pour la même chose et puis reviens me voir, ok ?

Tim : Compris, Mr Ewing.

Bobby : Alors, qu'as-tu à l'esprit ? Viens.

Christopher : J'apprécie que tu veuilles m'aider, ok ? Mais rien que de t'imaginer vendre notre maison pour m'aider à commencer mon business... Je ne suis pas d'accord avec ça.

Bobby : Je ne la vends pas seulement pour t'aider à démarrer, mon fils. Je vends... Parce que, si quelque chose devait m'arriver, je ne veux pas que toi et John Ross partiez en guerre pour Southefork comme J.R et moi l'avons fait.

Christopher : Mais tu vas bien. Je ne laisserais jamais quelque chose arriver à toi ou à notre famille, papa. Tu dois le savoir. Donc ce que tu me dis c'est que tu ne me fais pas confiance pour reprendre.

Bobby : Non, ce n'est pas ça.

Christopher : Si, ça l'est !

Bobby : Ma décision n'a rien à voir avec toi.

Christopher : Alors donne-moi une chance. Ok ? Laisse-moi te prouver que je peux faire ce travail. Je peux arranger mon brevet sur le gaz, et je peux garder ta promesse faite à Grand-Mère Ellie. Repense-y, papa.

Bobby : J'ai donné ma parole, fils. Et j'ai serré la main. Je suis désolé.

 

Int. Southfork

Rebecca : Ann, puis-je te parler de quelque chose ?

Ann : Bien sûr.

Rebecca : Je me sens un peu anxieuse. Je sais qu'Elena était gentille avec moi au diner. Mais alors John Ross m'a pris au dépourvu sur elle étant ma demoiselle d'honneur. Ensuite au magasin de noce, je... J'ai peur que le côté marie-salope ressorte. Je veux vraiment que Christopher soit heureux. Je... Je ne veux pas toujours regarder par-dessus mon épaule.

Ann : Chérie, Christopher t'aime, ou il ne t'aurait pas épousée. Tiens.

C'est une collection de toutes les recettes de la famille Ewing, datant de la mère de Mlle Ellie. Je veux juste que tu l'aie.

Rebecca : Merci. Merci.

Ann : Je sais ce que ça fait d'être une étrangère Rebecca.

Rebecca : Merci.

 

Bureau de Mitch Lobell

John Ross : Il va toujours le vendre ?

Mitch : Oui.

John Ross : Il n'y a rien que tu puisses faire ?

Mitch : C'est sûr que je vais essayer.

John Ross : C'est quoi le bordel avec le retard ?

Mitch : Maintenant, J.R. veut revoir ces papiers avant qu'ils soient envoyés à mon oncle ! Quand tu as commencé à forer à Southfork derrière le dos de ton oncle, tu es venu me demander si je te tiendrais informé de tout mouvement que ton oncle pourrait faire qui t'empêcherait de forer. Tu étais d'accord que ma participation... Au diable, soyons honnête... Ma trahison de Bobby Ewing, mon client depuis 30ans, valait 500,000$. J'ai t'ai refilé Southfork, John Ross. Tu penses vraiment que 500,000$ va suffire ?

John Ross : Je suis un homme raisonnable, Lobell.

Mitch : Tu m'as traité équitablement.

John Ross : Où est-ce que tu veux en venir ?

Mitch : Fils ... Si tu ne découvres pas un moyen de m'avoir 2 millions $ d'ici le bal des barons de bétail, non seulement je vais dire à Bobby que tu lui tends un piège, mais je vais dire à J.R. que tu as prévu de le pigeonner.

 

Bar de Dallas

John Ross : Ils ne servent pas de Saké dans ce bar, cousin. Ou peu importe ce qu'ils boivent en Chine. C'est mon bar.

Christopher : Autrefois c’était notre bar, John Ross... A l'époque où on grandissait. Tu te souviens ?

John Ross : Je ne me souviens pas de ça.

Christopher : Toi et moi, On a été dans les camps opposés depuis notre naissance. Et pour quoi ? Nous sommes une famille.

John Ross : Nous ne sommes pas une famille, frérot. Je suis un Ewing, au plus profond de mon ADN. Tout ce que je suis, tout ce pour quoi je mourrais, a le nom d'Ewing dessus.

Christopher : Lâche moi la grappe ! Tu n'as jamais tenu à notre famille. Tu utilises le nom d'Ewing pour avoir ce que tu veux. En parlant de choses que tu veux... Comment ça va avec Elena ? Ne me tourne pas le dos ! Peut-être qu'Elena croit que tu n'as pas envoyé ce mail, mais moi non. Donc tu ferais mieux d'avoir des yeux à l'arrière de ta tête, cousin, parce que je serais là.

John Ross : Connard.

 

Bureau de Sue Ellen

Sue Ellen : Johanna, c'est divin. Tout le monde les aimera ce soir. Merci. Tu as fait un magnifique travail.

Johanna : Merci, Mme Ewing.

Sue Ellen : Veux-tu m'excuser une minute ? Bonjour, Elena.

Elena : Bonjour.

Sue Ellen : Quelle bouffée d'air frais. Qu'est-ce qui t'amène ?

Elena : Il y a une ruée pétrolière en ce moment au Texas, Sue Ellen. Meilleures techniques d'exploration, meilleur équipement de forage. C'est pour ça que je suis là. Je crois que j'ai trouvé un océan de pétrole... Au moins un milliard de barils sous le vieux ranch Henderson. Mais la banque m'a refusé un prêt. Maintenant je sais, que tu fais partie du comité de la banque. J'ai besoin d'argent pour acheter quelques vieux baux pétroliers. Penses-tu que tu pourrais parler en mon nom au comité de la banque ?

Sue Ellen : Tu as toujours été une petite fille si déterminée et concentrée. J'étais si impressionnée par la façon dont tu as géré la mort tragique de ton père sur cette plate-forme pétrolière. Il serait très fier de toi Elena. Oublie la banque. Je vais te prêter l'argent. Je serais ravie de travailler avec une femme si intelligente et indépendante. Si je n'avais pas rencontré J.R., J'aime à penser que j'aurais pu être comme toi.

Elena : Je ne sais pas quoi dire. Merci.

Sue Ellen : Mes avocats rédigeront les papiers. Et... que dirais-tu de venir au bal des barons de bétail avec moi ce soir ? En tant que ma cavalière.

 

Bal des Barons de bétail

John Ross : Un déambulateur ? T’es sérieux, papa ?

J.R : Regarde et apprend.

 

Journalistes : J.R, J.R, J.R. Par ici. Par ici !

 

Sue Ellen : Une fois de plus, le Texas, a été incroyablement généreux envers l'American Cancer society. L'année dernière, on a récolté 32 millions de dollar. Donc, vous êtes tous prêts à entendre ce qu'on a récoltés jusqu'à présent ? Jusqu'à présent, ce soir, nous avons récolté ... 35 millions de dollar ! Et je sais que nous ne faisons que commencer. Donc, amusez-vous, que la fête commence, et surtout faites de nombreux dons.

 

J.R : Alors, quand vas-tu faire la course pour être gouverneur ? Elle le ferait, aussi. Crois-moi. Je le sais. Salut, Bobby, on dirait que tu viens de voir un fantôme.

Bobby : J.R., mais qu'est-ce que tu fais ici ?

J.R : Je suis content de te voir moi aussi. Non, non, je veux dire, juste une minute.

Bobby : Les garçons, je peux prendre cette chaise ?

Homme : Bien sûr.

Bobby : Assied-toi.

J.R : Merci. Merci. Ann.

Ann : J.R.

J.R : Je voulais te remercier pour m'avoir rendu visite tout ce temps. Je sais qu'on aurait dit que je ne pouvais pas entendre, mais je pouvais. J'étais juste... Trop déprimé pour le montrer. Je ne vais pas oublier ce que tu as fait pour moi, Bobby, ni ce que tu m'as dit surtout lors de ta dernière visite. Je pense que c'est ce qui m'a secoué. Cela signifiait énormément pour moi.

Bobby : C'est bon de te revoir, aussi. Ça fait un moment que tu n'as pas vu Ann, n'est-ce pas ?

J.R : Bobby parle un peu d'autre chose pendant ses visites. Pas de secret que je n'ai pas approuvé de la première Mme Bobby Ewing, mais tu es son âme sœur, Ann. Je suis heureux de t'avoir comme Belle-sœur.

Ann : Et bien, merci, J.R. C'est agréable d'être en compagnie d'une légende.

J.R : Principalement dans mon propre esprit, chérie.

Bobby : J.R., voici Marta Del Sol. Et, il y a certaines choses dont toi et moi devons discuter à propos de Southfork. La conservation de Del Sol.

J.R : Maman a choisi de te laisser le ranch, Bobby. John Ross m'a dit. Et avec du recul, je sais qu'elle a pris la bonne décision. Tu as toujours été celui qui avait une conscience. Tu ne me reconnais pas Bob, n'est-ce pas ?

Bobby : J'espère que ça ne va pas t'offenser frérot, mais non, je ne te reconnais pas.

J.R : John Ross, ne reste pas là. Excuse-toi auprès de ton oncle Bobby. Tu as créé un de ces vacarmes à Southfork.

John Ross : Je te présente mes excuses, Oncle Bobby.

J.R : J'aurais besoin d'un autre verre.

Bobby : Bien sûr. Je m’en occupe. Excusez-nous. On revient.

J.R : J'étais dans ma chambre toute l'après-midi. Ton père n'a jamais appelé.

Marta Del Sol : Il m’a envoyé un SMS. Il était à l'hôpital pour quelques petites retouches. Tu peux lui envoyer un mail si tu le souhaites.

J.R : Les vieux schnocks comme moi n'envoient pas de mail, chérie. On parle les uns aux autres, en personne.

Marta Del Sol : Il sortira de l'hôpital mardi. Tu pourras lui parler là.

J.R : Mardi se sera parfait, alors.

Bobby : Et voilà, J.R. Un petit quelque chose pour vous dépanner jusqu'à ce qu'ils commencent à servir le dîner.

J.R : Merveilleux. Pardonnez-moi. Il y a quelqu'un à qui j'ai voulu présenter mes excuses toute ma vie.

Sue Ellen : Profite de cette foutue chose. On a une certaine réserve d'argent. Après le scandale A.G... On n'a pas aimé le gars à côté sur le billet. Ce n'est pas le moment. Dis-nous juste où et quand. On déjeunera. J.R., que fais-tu ici ? Je pensais que tu n'allais pas assez bien pour quitter ta chambre.

J.R : Je suis juste venu pour te féliciter, et tu le mérites, chérie. Regarde-toi. Regarde-moi. Tu as gagné, chérie. Et je ne pourrais pas être plus content. Si tu me le demandes, tu ferais un sacré gouverneur. Et donc si je dis... que tu es toujours la plus belle fille du bal.

 

Elena : Ne pense pas que je ne suis plus en colère contre toi, car je le suis encore.

John Ross : Mais nous sommes encore partenaires ?

Elena : Je ne sais pas, John Ross. Le sommes-nous ?

John Ross : Bébé, on forme une super équipe. Tu as le scolaire, j'ai l'instinct. Tu ne sais même pas à quel point tu as besoin de moi. Et je sais que tu as besoin de moi.

Elena : Je recherchais du pétrole ancien afin de l'acheter. Je pense qu'ils peuvent encore être actifs. On a une relation de travail et bien sûr je vais honorer ça. J'ai juste... pensé qu'avec le mail, nous ne devrions pas...

John Ross : Je n'ai pas envoyé ce foutu mail, Elena.

Elena : Il n'y a pas d’autre explication John Ross.

John Ross : Que dis-tu ? Quand est-il de nous ?

Elena : Nous pouvons avoir une relation professionnelle. Mais au niveau personnel nous devrions faire une pause.

John Ross : Au fait, où as-tu eu l'argent pour acheter le matériel de forage ?

Elena : Ta mère me l'a prêté.

 

John Ross : Mon père arrive pour te parler. Je t'ai obtenu 100,000 $ comptant en premier. Garde juste ta bouche fermée.

Mitch : Je suppose que certaines personnes sont trop méchantes pour mourir.

J.R : Je suis aussi heureux de te voir, Mitch. John Ross m'a dit que tu es dans notre camp maintenant. Pourtant, je suis troublé par le retard. J'ai été dans les affaires toute ma vie. Rien de tel que le temps qui passe pour tuer un marché.

Mitch : Il n'y a pas de retard, J.R. Tu les auras bientôt. Les contrats sont compliqués.

J.R : C'est fantastique, Mitch. Il y avait toujours une personne que tu estimes parmi toutes les autres. Je déteste frapper un homme en-dessous de la ceinture, mais tu sais que je le ferai. Donne-moi juste ces foutus papiers. Car si ce marché vient à une fin difficile, je te tiendrais pour responsable.

 

Chambre d’Hôtel de Martal Del Sol

John Ross : Sans rancunes.

Marta Del Sol : Je pensais que tu avais dit que tu voulais garder notre relation professionnelle.

John Ross : Oui, mais c'était avant. Ça... ...c'est maintenant.

Marta Del Sol : Viens par ici.

John Ross : Attends, attends. Lobell menace de tout dire à J.R. J'ai besoin de 100,000 dollar rapidement.

Marta Del Sol : Ok. Tu te souviens de la dernière fois où nous étions amoureux, John Ross ?

John Ross : Oui. Evidemment que je m'en souviens. C'était une expérience incroyable. Mon whisky préféré.

Marta Del Sol : Seulement pour les occasions spéciales. J'espère que tu l'aimes. On a passé du bon temps à Vegas. La luxure... est une force puissante.

John Ross : Appeler ce que nous ressentons l'un pour Un sacré verre. L’autre de la luxure... ...c'est presque insultant. C'était...

Marta Del Sol : J'ai besoin que tu sois certain... Parce qu'il n'y a pas de retour en arrière. Es-tu sûr de vouloir mélanger affaires et plaisir ?

 

Southfork – Chambre de Bobby & Ann

Bobby : Annie, tu es prête à y aller ? Chérie... Je vais bien. Dans six ou sept heures, toi et moi allons avoir un magnifique et gélatineux repas à l'hôpital. Je sais que tout va bien se passer.

Ann : Ce que je crains c'est que tu arrêtes de te battre. Tu vends Southfork car tu ne penses pas pouvoir être là pour protéger notre foyer, et tu es effrayé que Christopher ne soit pas prêt à prendre la relève.

Bobby : Je crois que Christopher l'a compris, aussi. Il est parti d'ici hier comme si je l'avais frappé moi-même dans le dos. Je ne savais pas quoi lui dire, Annie.

Ann : Tu dois dire à ton fils que tu as un cancer, Bobby. Laisse Christopher t'aider. Vendre la maison qui appartenait à ta famille depuis des siècles revient à abandonner ton combat pour vivre.

Bobby : Tu ne crois pas que tu exagères un peu tout ça ?

Ann : Si tu ne peux pas trouver la force de te battre contre la maladie... tu trouveras la force de te battre pour Southfork.

 

Chambre d’hotel de Marta Del Sol

John Ross : Qu'est-ce qu'on a fait la nuit dernière ?

Marta Del Sol : Je ne suis pas sûre que tu sois prêt à l'entendre.

John Ross : C'est un gros paquet d'argent, Marta. J'apprécie.

Marta Del Sol : Ça va te coûter une autre moitié de pour cent.

John Ross : Je peux vivre avec ça.

Marta Del Sol : Bien. Parce que... je me suis mouillée avec mes investisseurs, et je détesterais devoir leur dire que cet avocat Lobell cause des problèmes. D'où je viens, tu ne nourris pas un chient errant.

 

Ext. Southfork

Elena : Pourquoi n'es-tu pas en lune de miel ?

Christopher : Tu te souviens de ta thèse sur le pétrole et les inondations ? Je pense que je pourrais l'utiliser pour extraire le méthane des hydrates... Et empêchez une baisse soudaine du fond de la mer. Peux-tu m'aider ?

Elena : Si tu peux faire ça, ça change la donne.

Christopher : Je dois prouver que ça peut marcher en situation de laboratoire. Et je dois réparer ça pour prouver à mon père que je peux gérer Southfork pour qu'il n'ait pas à vendre. C'est pourquoi je n'y suis pas allé. Ecoute, euh... J'aurais vraiment besoin de ton aide. Alors qu'en penses-tu ? Peut-on travailler ensemble ?

 

Appartement de Christopher & Rebecca

Tommy : Devine quoi. Ann m'a offert un job au ranch. J'en suis. Je dois te l'accorder, sœurette. C'était un sacré tour de force que tu as sorti. Comment tu fais pour qu'un gars à mi-chemin revienne de Tahiti pendant sa lune de miel juqu'à Southfork ? Tu as dû faire quoi ?

Rebecca : Rien. Il ne voulait pas vraiment y aller. Tout semble être sur la bonne voie.

Tommy : Quel est le problème ? Tu es sensé fêter ça. Parfois je me demande... Quel est le but de tout ça.

Rebecca : Qu'est-ce que cela veut dire ?

Tommy : Tu sais quel est le but. On a passé les deux dernières années de notre vie à travailler sur ce projet. Il y a une tonne d'argent en jeu ici. Ne me dis pas que tu as des doutes.

Rebecca : Et si j'en avais ?

Tommy : Il vaut mieux garder tes yeux sur la balle, sœurette. Et ne t'habitue pas trop à être Mme Ewing.

Rebecca : Tu ne me donnes pas une mise en garde, si, Tommy ?

Tommy : Je te fais juste savoir que je te surveille. A notre succès mutuel.

 

Maison de repos – Chambre de J.R

J.R : Connais-tu l'origine du mot "peccadillo" ?

John Ross : Non.

J.R : C'est un diminutive du mot espagnol qui veut dire péché. C'est exactement ce que j'ai besoin que tu trouves sur Mitch Lobell.

John Ross : Ce fils de pute essaye de me faire chanter.

J.R : S'il y a une saleté à déterrer sur Mitch Lobell, je le trouverai.

John Ross : J'ai besoin que tu trouves autre chose pour moi.

J.R : Quoi donc, mon fils ?

John Ross : Une de mes amies... Elena Ramos... Elle a reçu un mail, il y a quelques années. J'ai besoin que tu découvres qui l'a envoyé. Elle pense que c'était moi, mais non.

J.R : Je peux faire ça.

John Ross : Bien.

J.R : Tu sais ce qu'on dit à Mexico ? "Mieux vaut être vieux qu'être le Diable."

 

Maison de Carlos Del Sol - Mexique

Gouvernante : Mr Ewing est là.

Carlos Del Sol : Quel plaisir de te revoir J.R.

J.R : C'est bon de te voir, Carlos ! J'ai essayé d'entrer en contact avec toi. Si on doit faire un deal, j'aime regarder un homme en face. Je suis un vieux schnock pour ça.

Carlos Del Sol : Je comprends totalement. Je garde toujours les registrer que mon père m'a fait garder quand il m'a payé 50 cents et fait de moi le comptable.

J.R : Tu as fait un sacré boulot en multipliant ces 50 cents. Quoi, numéro 2 sur le classement de Forbes ? Et, quoi... 50 milliards de dollars ?

Carlos Del Sol : Je ne garde pas trace de ces chose, J.R. entre. Quel est le marché dont tu parles ?

J.R : Le marché que j'ai fait avec ta fille, Marta. Le conservatoire Del Sol sert de façade pour l'achat de Southfork pour moi.

Carlos Del Sol : Je ne suis au courant d'aucun marché avec ma fille. Il y a du avoir un malentendu, non ?

J.R : Je ne pense pas. Le conservatoire Del Sol est en train d'acheter Southfork, et ensuite il me le retransmet dans 30 jours.

Carlos Del Sol : Voudrais-tu venir ici Marta ? Gracias, hija. Marta, te souviens-tu de J.R. Ewing ?

Marta Del Sol : Mr Ewing... JR. Vous veniez voir mon père avec votre petit garçon.

J.R : Bonté divine. Vous n'êtes en rien ce à quoi je m'attendais.

Carlos Del Sol : Quel marché as-tu avec Mr Ewing ?

J.R : Je suis désolé de vous avoir déranger, Carlos. Il semble que j'ai fait une terrible erreur ici. Et, Marta, Je vais devoir vous présenter à mon fils, John Ross. Il est fait du même bois.

  Rédigé par sabby

Nursing Home – J.R’s room

John Ross : Probably shouldn't be putting it away like that, dad. Got to look after your health.

J.R : I've never felt better. Now, listen, Marta... I got to talk to your daddy. Now, I never made a deal with a man I haven't talked to personally. But they won't let me make international calls from my room... Now, what do I do about that?

Marta Del Sol : As soon as he calls me, I'll have him ring you in your room.

J.R : Sooner the better, darlin'. And speaking of contracts, what's the holdup, John Ross? Every day that goes by without the paperwork being signed is a day the sky could fall in.

John Ross : I'm taking care of it.

J.R : Now, listen here, son. Bobby thinks he's selling Southfork to the Del Sol Conservancy, but who he's really selling it to is me. Until I review the contracts and Bobby signs 'em, we've got no deal.

John Ross : Dad, I've managed this far without your advice.

J.R : Don't start now. Well, you may have found the oil, John Ross, but I'm the one who knows Carlos Del Sol, and I'm the one who's gonna steal Southfork from under Bobby. You just make sure you get a draft of those papers A.S.A.P... You got that? And, son... Never pass up a good chance to shut up.

Nurse : Time for your physical therapy, J.R.

J.R : Well, thank you, Candy. I'll be up in my room waiting for your daddy's call.

Marta Del Sol : No problem.


Marta Del Sol : When this deal goes through, you and I are gonna celebrate just like we used to.

John Ross : But let's not let the personal interfere with the professional right now, okay? We got too much at stake. Now, if J.R. talks to Carlos, we're screwed. You make sure he never gets in contact with him.

Marta Del Sol : I've got it under control. Why'd you let your father aggravate you like that?

John Ross : I will be damned if I ever let him get the better of me.

Marta Del Sol : He's not going to. You're the one that's gonna steal Southfork from him.


********** OPENING **********

Christopher & Pamela’s appartment

Rebecca : We're gonna miss our flight. You don't really want to go, do you?

Christopher : What do you mean?

Rebecca : Well... You don't want your father to sell Southfork. You want to talk about it?

Christopher : I don't know. It's... It's just, one minute, I'm telling him I'm not comfortable asking him for a loan, and... And the next minute, he's selling our family home, you know, to finance a business idea that I'm not even sure I can make work.

Rebecca : So, why are we going to Tahiti? Our honeymoon can wait, Chris.


Bobby’s office

Bobby : No. No, bill, if anything, it's getting worse. No, keep the surgery for Wednesday. I...I just have to tell my family first. I-I got to go now. Bye. Damn.

Ext. Southfork

Ann : When were you gonna tell me?

Bobby : How long have you known?

Ann : I found your medication before the wedding.

Bobby : I, uh, never could hide very much from you, could I?

Ann : We're gonna do whatever it takes.

Bobby : Annie. You know me. I'm gonna fight this with everything I've got. Bill has scheduled the surgery. It's gonna be Wednesday. Wednes... It's laparoscopic, so I'm not gonna be laid up long at all. We can tell people we'll be in Austin for a few days.

Ann : Well, aren't you gonna tell Christopher you have cancer?

Bobby : No, no. And have him come back from his honeymoon? No, honey. Bill says there is a 70% remission rate with the surgery. So I'm gonna be okay.

John Ross’s office

John Ross : Why haven't you answered my calls?

Elena : Did you send me this e-mail?

John Ross : I know I should have said something sooner, but I don't think we're suited for each other, Elena. I'll always love you, but we're two very different people from very different circumstances. I hope you understand, but I won't be keeping our date tomorrow. Christopher. You think I sent this?

Elena : Who else had reason to send it?

John Ross : Christopher... He's a stuck-up son of a bitch who thinks you ain't good enough for him.

Elena : He told me last night he didn't send it!

John Ross : That's what that was about. Well, he's lying.

Elena : Why did you come after me in Mexico?

John Ross : Because I had heard that you had broken up with Christopher and he was moving to China. I wanted to see if I could have a chance with you. I've hidden the fact that I'm crazy about you, Elena.

Elena : I want you to tell me the truth, John Ross. Did you send me that e-mail?

John Ross : No. Hell, no. You didn't break up with him. You were gonna marry him. If you hadn't gotten that e-mail, you'd be married to Christopher. Are you telling me that the only reason we're together is 'cause somebody sent you an e-mail pretending to be Christopher, breaking up with you? Screw you, lady!

Ext. Southfork

Ann : Hi.

Tommy : You okay, Mrs. Ewing?

Ann : You better do the talking, Tommy, or I might just trigger a flood.

Tommy : What should I talk about?

Ann : You got plans while you're here in Dallas?

Tommy : Well... Now that my sister's finally settled, I'd like to stay in town, near her. I'd like to find a job... Maybe find the gumption to put myself through school, like she did. Becca is a hell of a woman, Mrs. Ewing. Wait till you get to know her.

Ann : Well... It'll be nice to have you around, too, Tommy.

Ext. Southfork

Bobby : Wherever we see rust like that, let's just grind it down and repaint.

Christopher : Everything's fine, dad. We decided not to go.

Bobby : Why?

Tim : Guys.Howdy.

Bobby : Listen, Tim, why don't you check out all the other barns for the same thing and then get back to me, okay?

Tim : You got it, Mr. Ewing.

Bobby : Come on.

Christopher : So,what's on your mind? Look, I appreciate you wanting to help me, all right? But the idea of you selling our family home to help me start my business... It's not okay with me.

Bobby : Well, I'm not only selling to help you with your business, son. I'm selling... Because, if something were to happen to me, I don't want you and John Ross going to war over Southfork the way J.R. and I did.

Christopher : But you're fine. Look, I would never let anything happen to you or our family, dad. You have to know that. So what you're telling me is you don't trust me to take over.

Bobby : No, it's not that.

Christopher : Yeah, it is!

Bobby : My decision has nothing to do with you.

Christopher : Then give me a chance. Okay? Let me prove to you that I can do the job. I can fix my gas patent, and I can keep your promise to miss Ellie. Reconsider, dad.

Bobby : I gave my word, son. And I shook on it. I... I'm sorry.

Int. Southfork

Rebecca : Ann, can I talk to you about something?

Ann : Sure.

Rebecca : I'm feeling a little insecure. Now, I know Elena was being nice to me at the dinner. But then John Ross threw me that curveball about her being my bridesmaid. Then at the bridal shop, I'm... I'm afraid that the territorial bitch-bride came out.
I really want Christopher to be happy. I just... I don't always want to be looking over my shoulder.

Ann : Honey, Christopher loves you, or he wouldn't have married you. Here. It's a collection of all the Ewing family recipes, dating back to miss Ellie's mom. I want you to have it.

Rebecca : Thank you. Thank you.

Ann : I know what it feels like to be an outsider, Rebecca.

Rebecca : Thank you.

Mitch Lobell office

John Ross : He's still gonna sell it?

Mitch : Yeah.

John Ross : Isn't there something you can do about it?

Mitch : Sure as hell gonna try.

John Ross : What the hell is the holdup? Now, J.R. wants to review those papers before they're sent to my Uncle!

Mitch : When you started drilling on Southfork behind your Uncle's back, you came to me and asked me if I would keep you informed of any moves your Uncle might make that would stop you from drilling. You agreed that my participation... Well, hell, let's be honest... My betrayal of Bobby Ewing, my client of 30 years, was worth $500,000. I put Southfork in your lap,
John Ross. You really think $500,000 is gonna cut it?

John Ross : I'm a reasonable man, Lobell.

Mitch : You've treated me fair.

John Ross : What'll make you feel well-compensated?

Mitch : Son... If you don't figure out how to get me $2 million by the cattle barons' ball, not only am I gonna tell Bobby you set him up, I'm gonna tell J.R. That you're planning on screwing him over.

Bar in Dallas

John Ross : They don't serve sake at this bar, cousin. Or whatever the hell they drink in China. This is my bar.

Christopher : Used to be yourbar, John Ross... Back when we were growing up. Remember?

John Ross : I don't remember that.

Christopher : You and I, we've been on opposite tracks since we were born. And for what? We're family.

John Ross : We ain't family, bro. I'm a Ewing, deep in my DNA. Everything I am, everything I'd die for, has the name Ewing on it.

Christopher : Give me a break! You never cared about our family. You use the Ewing name to get what you want. Speaking of things you want... How's it going with Elena? Don't you turn your back on me! Maybe Elena believes you didn't send that e-mail, but I don't. So you better grow eyes in the back of your head, “cousin” 'cause I'm coming for you.

John Ross : Asshole.

Sue Ellen office

Sue Ellen : Johanna, these are divine. Everyone will love these tonight. Thank you. You did a beautiful job.

Johanna : Thank you, Ms. Ewing.

Sue Ellen : Would you excuse me a minute? Hello, Elena.

Elena : Hi.

Sue Ellen : What a breath of fresh air. What brings you here?

Elena : There's an oil rush right now in Texas, Sue Ellen. Better exploration techniques, better drilling equipment. It's why I'm here. I believe I've found an ocean of oil... At least a billion barrels under the old Henderson ranch. But the bank turned me down for a loan. Now, I know you're on the bank's board. I need some money to buy some old oil leases. Do you think you could speak to the bank's board on my behalf?

Sue Ellen : You were always such a determined and focused little girl. I was so impressed with the way you handled your daddy's tragic passing on that rig. He'd be very proud of you now, Elena. Forget the bank. I'll loan you the money. I'd be thrilled to work with such a smart and independent young woman. If I hadn't met J.R., I'd like to think that I could have been like you.

Elena : I don't know what to say. Thank you.

Sue Ellen : I'll have my lawyer draw up the papers. And... How would you like to come to the cattle barons' ball with me tonight? As my date.

Cattle Barons Ball

John Ross : A Walker? What are you doing, dad?

J.R : Watch and learn.

Journalists : J.R., J.R., J.R. Over here. Over here!

 

Sue Ellen : Once again, Texas has been incredibly generous to the American Cancer Society. Last year, we raised $32 million. So, you all ready to hear what we have raised so far?

People : Yeah! Yeah! Yeah! Yeah!

Sue Ellen : So far, tonight, we have raised... $35 million! And I know we're just getting started. So, let's have fun, let's party, and spend a lot of money.


J.R : So, when are you gonna run for governor?! She would, too. Believe me. I know. Hell, Bobby, you look like you've seen a ghost.

Bobby : J.R., what the hell are you doing here?

J.R : Glad to see you too. No, no, I mean, just a minute here.

Bobby : Boys, can I have this one?

Man : You bet.

Bobby : Sit down.

J.R : Thank you. Thank you. Ann.

Ann : J.R.

J.R : I want to thank you for visiting me all those times. I know it looked like I couldn't hear, but I could. I was just... Too depressed to show it. I'm not gonna forget what you done for me, Bobby, and said to me, especially on your last visit. I think that's what shook me out of it. It meant the world to me.

Bobby : Well, it's good to see you, too. It's been a while since you've seen Ann, isn't it?

J.R : Bobby talks of little else when he visits. No secret I didn't approve of the first Mrs. Bobby Ewing, but you're his soul mate, Ann. I'm happy to have you as my sister-in-law.

Ann : Well, thank you, J.R. It's nice to be in the company of a legend.

J.R : Mostly in my own mind, darlin'.

Bobby : J.R., this is Marta Del Sol. And there's something you and I need to discuss about Southfork.

J.R : The Del Sol Conservancy. John Ross told me. Mama chose to leave the ranch to you, Bobby. And looking back on it, I know she did the right thing. You were always the one with the conscience. Don't recognize me, do you, Bob?

Bobby : Well, I hope you won't take offense, brother, but, no, I don't.

J.R : John Ross, don't just stand there. Apologize to your Uncle Bobby. You created a hell of a ruckus on Southfork.

John Ross : My apologies, Uncle Bobby.

J.R : I could use another drink.

Bobby : Sure. Come on. Excuse us. Be right back.

J.R : I was in my room all afternoon. Your daddy never called.

Marta Del Sol : He texted me. He was going into the hospital to get some, work done. You can e-mail him if you'd like.

J.R : Old fogies like me don't e-mail, darlin'. We talk to each other, personally.

Marta Del Sol : Well, he'll be out of the hospital on Tuesday. You can talk to him then.

J.R : Tuesday it is, then.

Bobby : Here you go, J.R. A little something to tide you over until they start serving dinner.

J.R : Wonderful.

Sue Ellen : Y'all pardon me. There's somebody I been meaning to make amends to my whole life. Take this damn thing. We have some smart money lined up. After the A.G.'s disgrace... We didn't like the next guy on the ticket. This is not the place. Just tell us where and when. We'll have breakfast. J.R., what are you doing here? I thought you weren't well enough to even leave your room.

J.R : I just came by to congratulate you, and you deserve it, honey. Look at you. Look at me. You won, honey. And I couldn't be happier. Wait. If you ask me, you'd make a hell of a governor. And if I do say so... You're still the prettiest girl at the ball.


Elena : Don't mean I ain't still mad at you, 'cause I am.

John Ross : But are we still partners?

Elena : I don't know, John Ross. Are we?

John Ross : Baby, we make a great team. You got the schoolin', I got the instinct. You don't even know how much you need me. And I know I need you.

Elena : Been looking into buying some old oil leases. Think they might still be active. We have a business relationship. And, of course, I will honor that. I just... I thought, with the e-mail, that we shouldn't...

John Ross : I didn't send that damn e-mail, Elena.

Elena : There's no other explanation, John Ross.

John Ross : What are you saying? What about us?

Elena : We can be professionally involved. But personally, I think we should take a break.

John Ross : You know, how'd you get the money to buy the oil leases, by the way?

Elena : Your mother loaned it to me.


John Ross : Daddy's coming over to talk to you. I got you $100,000 down payment coming first thing. Just keep your mouth shut.

Mitch : I guess some people are just too damn mean to die.

J.R : Good to see you, too, Mitch. Now, John Ross tells me you're playing ball with us now. Still, I'm troubled by the holdup. Been in business my whole life. Nothing like time passing to kill a deal.

Mitch : There's no holdup, J.R. The contracts are complicated. You'll have them soon.

J.R : That's fantastic, Mitch. You know, there was always one person you prized above all others. I hate to hit a man below the belt, but you know I will. Just get those damn papers to me. 'Cause if this deal comes to a sticky end, I'm holding you responsible.


Marta Del Sol’s Hotel room

John Ross : No hard feelings.

Marta Del Sol : I thought you said you wanted to keep our relationship professional.

John Ross : Well, that was then. This... ...is now.

Marta Del Sol : Get over here.

John Ross : Hold up, hold up. Lobell is threatening to tell J.R. everything. I need $100,000, pronto.

Marta Del Sol : Okay. Do you remember the last time we were lovers, John Ross?

John Ross : Yeah. Of course I do. It was an amazing experience. My favorite single malt.

Marta Del Sol : For special occasions only. I hope you like it. We had a great time in Vegas. Lust... Is a powerful force.

John Ross : Calling what we feel for each other lust… it's almost insulting. That was...


Marta Del Sol : I need you to be certain... Because there is no turning back. Are you sure you want to mix business with pleasure?


Southfork – Bobby & Ann’s room

Bobby : Annie, you ready to go? Honey... I'm going to be fine. Six or seven hours from now, you and I will be having a wonderfully mushy hospital lunch.

Ann : I know you're gonna be all right. What I'm afraid of is that you've given up the fight. You're selling Southfork'cause you don't think you're gonna be around to protect your home, and you're afraid that Christopher's not ready to take over.

Bobby : I think Christopher figured that out, too. He left here yesterday like I'd personally kicked him in the gut. I didn't know what to say to him, Annie.

Ann : You have to tell your son you have cancer, Bobby. Let Christopher help you. You selling the home that's been in your family for over a century is as good as giving up your fight to live.

Bobby : Now, don't you think you're slightly overstating this?

Ann : If you can find the strength to fight off being sick... You'll find the strength to fight for Southfork.


Marta Del Sol’s Hotel room

John Ross : What the hell did we do last night?

Marta Del Sol : Not sure you're ready to hear it.

John Ross : That's a chunk of cash, Marta. I appreciate it.

Marta Del Sol : Well, it's gonna cost you another half percent.

John Ross : I can live with that.

Marta Del Sol : Good. Because... I've put my neck out with my investors, and I'd hate to have to tell them that this lawyer Lobell is causing any trouble. Where I come from, you don't feed a stray dog.


Ext. Southfork

Elena : Why aren't you on your honeymoon?

Christopher : Remember your thesis on petroleum and water flooding? I think I may be able to use it to extract methane from the hydrates... And prevent seabed slumping. Can you help me?

Elena : If you can do that, it's a game changer.

Christopher : Well, I have to prove that it can work in a lab situation. And I have to fix it to prove to my father that I can handle Southfork so he won't sell it. That's why I didn't go. Look, uh... I could really use your help. So what do you think? Can we work together?


Christopher & Rebecca’s appartment

Tommy : Guess what. Ann offered me a job on the ranch. I'm in. Got to hand it to you, sis. That was quite a stunt you pulled off. How do you get a guy halfway to Tahiti on his honeymoon come back to Southfork? What did you have to do?

Rebecca : Nothing. He didn't really want to go. Everything seems to be right on track.

Tommy : What's the matter? You're supposed to be celebrating. I just wonder sometimes... What the point of all of this is.

Rebecca : What the hell does that mean?

Tommy : You know what the point is. We've spent the last two years of our lives working on this job. There's a ton of money on the line here. Don't tell me you're having second thoughts.

Rebecca : What if I am?

Tommy : Better keep your eye on the ball, sis. And don't get too comfortable being Mrs. Ewing.

Rebecca : You're not giving me a warning, are you, Tommy?

Tommy : Just letting you know I've got my eye on you. Here's to our mutual success.

 

Dallas Hospital – JR’s room

J.R : You know the origin of the word "peccadillo"?

John Ross : No.

J.R : It's a diminutive of the Spanish word for "sin." Well, hell, that's just what I need you to find on Mitch Lobell.

John Ross : Son of a bitch is trying to blackmail me.

J.R : If there's any dirt to dig up on Mitch Lobell, I'll find it.

John Ross : I need you to find something else for me.

J.R : What's that, son?

John Ross : A friend of mine... Elena Ramos... She got an e-mail a couple years back. I need you to find out who sent it. She thinks I did, but I didn't.

J.R : I can do that.

John Ross : Good.

J.R : You know what they say in Mexico? "It's better to be old than to be the devil."


Carlos Del Sol’s house - Mexico

Waitress : Aquí está señor Ewing.

Carlos Del Sol : What a pleasure to see you again, J.R.

J.R : Great to see you, Carlos! I have been trying to get in touch with you. We're gonna do a deal, I like to look at a man eye to eye. I'm an old fogey about that.

Carlos Del Sol : I understand completely. I still keep the ledgers my father made me keep when he paid me 50 cents and made me account for it.

J.R : You've done a hell of a job multiplying that 50 cents. What, number 2 on the “Forbes” list? And, what... $50 billion?

Carlos Del Sol : I don't keep track of those things, J.R. do come in. But what is this deal you're talking about?

J.R : The deal I made with your daughter, Marta. The Del Sol Conservancy is fronting the purchase of Southfork for me.

Carlos Del Sol : I'm not aware of any deal with my daughter. There must be a misunderstanding, no?

J.R : I don't think so. The Del Sol Conservancy is buying Southfork, and then it reconveys to me in 30 days.

Carlos Del Sol : Would you come in here, Marta? Gracias, hija. Marta, do you remember J.R. Ewing?

Marta Del Sol : Mr. Ewing... J.R. You used to visit my father with your little boy.

J.R : Well, goodness gracious. You're nothing like what I expected.

Carlos Del Sol : What's this deal you have with Mr. Ewing?

J.R : I'm sorry to trouble you, Carlos. I seem to have made a hell of a mistake here. And, Marta, I'm gonna have to introduce you to my son, John Ross. He's a chip off the old block.

 Rédigé par sabby

Kikavu ?

Au total, 22 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Ocepk80 
08.02.2021 vers 12h

magrenat 
25.04.2019 vers 18h

Morganegb 
10.02.2019 vers 19h

Sirena 
03.01.2017 vers 16h

Phoebe0102 
11.12.2016 vers 11h

Tayel 
12.09.2016 vers 01h

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci au rédacteur qui a contribué à la rédaction de cette fiche épisode

sabby 
Ne manque pas...

Le nouveau numéro d'HypnoMag est disponible en ligne. Bonne lecture !
HypnoMag | Lire ce numéro

Activité récente

Photo du mois
Hier à 12:49

Calendriers
05.05.2021

Actualités
Ce n'est qu'un au revoir !

Ce n'est qu'un au revoir !
Il y a exactement 6 ans, je posais les premières fondations de ce quartier que j'avais tant désiré....

Mitch Pileggi rejoint le casting de 'Walker'

Mitch Pileggi rejoint le casting de 'Walker'
Mitch Pileggi (Harris Ryland) est de retour au Texas ! Il va retrouver Jared Padalecki avec qui il a...

Nouvelle déco à Southfork !

Nouvelle déco à Southfork !
Toute la famille Ewing est ravi de vous présenter son tout nouveau design, qui met à l'honneur cette...

HypnoCards | Procurez-vous la carte de 'Dallas'

HypnoCards | Procurez-vous la carte de 'Dallas'
De nouvelles HypnoCards viennent d'être livrées à l'instant, et les fans de Dallas vont pouvoir...

Jesse Metcalfe et Cara Santana se séparent

Jesse Metcalfe et Cara Santana se séparent
En couple depuis 13 ans et fiancés depuis 2016, le couple de Jesse Metcalfe et Cara Santana se...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

HypnoRooms

ShanInXYZ, Hier à 00:43

On continue le Voyage au centre du Tardis et on attends vos photos du Maître, où ça ? chez Doctor Who

Locksley, Hier à 11:24

Nouvelles HypnoCards en rayon ! Bonne collection et bon WE !

cinto, Hier à 19:32

petit rappel: la chaine cryptée française diffuse actuellement les 3 premières saisons de Queer As folk version us. Découvrez notre série!

ptitebones, Hier à 19:53

Hello, le calendrier de Mai est arrivé sur Manifest

Kika49, Aujourd'hui à 19:07

Le calendrier du mois de Mai est arrivé sur The Resident.

Viens chatter !